Faute de réouverture, certains commerçants vont devoir mettre la clé sous la porte

par LCI

  • info

Quand les commerçants vont-ils pouvoir rouvrir ? Le gouvernement évoque la date du 1er décembre. Restaurateurs, hôteliers, coiffeurs,... Certains savent déjà qu'ils ne résisteront pas à ce deuxième confinement. À Nantes, ils étaient rassemblés ce jeudi après-midi pour une action symbolique, une minute de silence pour leurs commerces dits "non essentiels". "C'est compliqué parce que le premier confinement a mangé notre trésorerie. On est sous perfusion, on est endetté, on décale les loyers, les charges fiscales, sociales. Si on ne réussit pas Noël, on va déposer les bilans. C'est une catastrophe", se plaint l'un d'entre eux. Faute de réouverture, certains vont baisser définitivement les rideaux. Mais Séverine Angelle, gérante de la boutique "Aux pieds des anges", Nantes (Loire-Atlantique), se bat encore pour sauver sa boutique de chaussures. "Je ne suis pas là pour vous dire, je me plains que je vais fermer. Si je vais fermer, c'est qu'on n'aura pas le choix. Et je ne sais pas comment apprendre à faire vivre la famille, tout ce qui va s'ensuivre, les crédits. On ne sait pas où on va", explique-t-elle. Un crève-coeur aussi pour Dominic Rousseau, à la tête d'une boîte de nuit à Rennes (Ille-et-Vilaine). Après huit mois de fermeture et seulement 4 500 euros d'aide de l'Etat, il vient de déposer le bilan."C'est un établissement qui allait fêter ses 45 ans d'existence. Et de voir cet endroit vide, sans ambiance, sans client, c'est terrible, c'est dramatique", regrette cet ancien directeur de discothèque. Il y avait investi un million d'euros et douze ans de sa vie. Depuis mars, 13 600 procédures de liquidation ont été déclarées. Mais les commerçants redoutent une deuxième vague de fermeture plus explosive que la précédente.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.