Face à la flambée épidémique, les élus et le préfet des Alpes-Maritimes ont jusqu’à ce dimanche soir pour décider de mesures sanitaires

par morandini

Pour contrer la flambée du Covid-19 sur place, le gouvernement envisage de confiner la cinquième ville de France et ses environs, une mesure jusqu'alors inédite à l'échelon local en métropole. En visite dans un hôpital niçois, le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué samedi qu'il avait demandé au préfet de "continuer la concertation (...) avec l'ensemble des élus du territoire" en vue de "mesures complémentaires" qui pourraient être prises avant dimanche soir. Ces mesures peuvent aller "d'un couvre-feu renforcé à un confinement local le week-end", a ensuite précisé le ministre sur Twitter. Le maire LR de Nice, Christian Estrosi, qui accompagnait le ministre sur place, a souligné auprès de l'AFP qu'il était favorable à de nouvelles mesures, mais que celles-ci devaient être "consensuelles". "Je n'accepterai pas que rien ne soit fait", a-t-il affirmé. L'option d'un confinement le week-end "mérite d'être étudiée" car elle découragerait les touristes qui auraient voulu réserver un séjour à Nice, ainsi que "ceux qui prennent des risques en se rassemblant à 10, 15 ou 20 le week-end", a observé le maire. Le taux d'incidence de l'épidémie dans la métropole de Nice est particulièrement élevé: il dépasse 700 cas positifs pour 100.000 habitants, soit plus de trois fois la moyenne nationale (190). En Moselle, département qui connaît également une flambée du Covid, le ministre de la Santé avait aussi évoqué mi-février la possibilité d'un confinement local ou de la fermeture des écoles, soumis à la concertation avec les élus locaux. Mais pour l'instant, le préfet a simplement décidé d'augmenter les contrôles d'application des mesures sanitaires et le nombre de tests réalisés. - Météo printanière -

Vos réactions doivent respecter nos CGU.