Face à face - Regardez en intégralité le débat autour de la fiabilité du vaccin AstraZeneca : Peut-on encore faire confiance à ce vaccin ?

par morandini

La région du Piémont (est de l’Italie) a décidé ce dimanche 14 mars de suspendre provisoirement l’administration du vaccin AstraZeneca, après la mort d’un enseignant vacciné la veille, a annoncé l’autorité de santé régionale. Il s’agit d’une mesure d’extrême précaution, en attendant de vérifier s’il existe un lien de causalité entre la vaccination et le décès ​, a expliqué le conseiller pour la santé de la région du Piémont, Luigi Genesio Icardi, dans un communiqué.

L’enseignant, dont l’âge n’est pas précisé, est décédé à Biella, commune située au nord de Turin.

De leur côté, les autorités sanitaires irlandaises ont recommandé dimanche de suspendre par "précaution" l'utilisation du vaccin AstraZeneca contre le coronavirus, après que des cas de caillots sanguins ont été rapportés en Norvège, sans qu'un lien avéré n'ait toutefois été prouvé à ce stade.

La commission chargée du programme de vaccination en Irlande recommande cette mesure, déjà en vigueur dans plusieurs pays, au nom du "principe de précaution" dès dimanche matin.

Les autorités sanitaires bulgares ont annoncé à leur tour, vendredi mars 2021, la suspension «  par précaution  » des vaccins anti-Covid d'AstraZeneca, emboîtant le pas au Danemark, à la Norvège et à l'Islande. « Nous faisons une pause en Norvège dans la vaccination avec AstraZeneca  », a déclaré un haut responsable de l'Institut national de santé publique, Geir Bukholm, lors d'une conférence de presse.

« Nous attendons des informations pour voir s'il y a un lien entre la vaccination et ce cas de caillots sanguins. » Cette suspension intervient «  après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins chez des personnes qui ont été vaccinées avec le vaccin Covid-19 d'AstraZeneca  », a indiqué l'autorité sanitaire danoise, la première à prendre une telle décision.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.