Enquête sur les projections de colis dans les prisons

par LCI

  • info

Régulièrement, les habitants de Saint-Malo voient courir dans leurs jardins des inconnus. Ces derniers viennent pour projeter des objets à l'intérieur de la prison, qui sont ensuite récupérés par des détenus. Alain en a fait les frais : "Ils montent sur le garage, la dernière fois où ça s'est produit, j'en ai eu pour 4 000 euros de réparation du toit".Téléphones, cartes SIM, drogue, armes blanches, aliments... Les objets sont souvent accompagnés d'éponges pour amortir la chute, placés dans des chaussettes avant d'être envoyés. La crise sanitaire a entraîné une forte hausse des projections. Parce que lors des parloirs, les contacts entre détenus et familles sont limités, rendant compliqués les trafics.Une chaussette laissée et abandonnée non loin du mur d'enceinte... À la prison de Saint-Quentin-Fallavier, 477 projections ont été recensées depuis le début de l'année. Ce jour-là, notre présence et celle de surveillants en a empêché une nouvelle. "Chaque année qui passe voit le nombre de saisies augmenter", indique Dominique Verrière, secrétaire régional Auvergne-Rhône-Alpes de l'Ufap-Unsa Justice.Pour lutter contre ce fléau, l'administration pénitentiaire met progressivement en place des équipes de surveillants. Ils sont habilités à intervenir autour des prisons et non plus seulement à l'intérieur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.