Enquête sur la mort par balle d'un adolescent à Bordeaux

par LCI

  • info

Le samedi 2 janvier, vers 23h, une voiture a surgi dans le quartier des Aubiers au Nord de Bordeaux. L'un de ses passagers en est sorti et a tiré aveuglément sur les riverains. Bilan, quatre blessés graves et un mort. Ce dernier s'appelait Lionel. Il avait à peine 16 ans. Depuis, tous ceux qui le connaissent viennent se recueillir là où il est tombé. Ils souhaitent rétablir la vérité. Ce drame s'est tissé sur fonds de guerre larvée entre territoires. Depuis plusieurs mois, des jeunes des Aubiers, de Chantecrit et de Grand parc se livrent à des affrontements réguliers. En 2020, Lionel était en troisième au collège Édouard Vaillant. Guillaume Rabiller, professeur de sport, l'avait en cours. Et comme beaucoup d'élèves, il ne comprend pas. Pourtant, chacun savait les tensions entre quartiers, mais personne n'avait imaginé cette escalade de violence. Les animateurs du quartier reconnaissent que le confinement a largement abîmé le tissu associatif, mais selon eux, la tragédie n'est pas liée à des problèmes d'économie souterraine. Les causes de la fusillade ne sont pour l'instant pas établies. Mais depuis lundi 4 janvier, cinq jeunes majeurs du quartier de Chantecrit sont en garde à vue pour meurtre et tentative de meurtre en bande organisée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.