Élections régionales : l’enjeu des transports

par LCI

  • info

À la gare de Lille-Flandres, il nous aura fallu quelques minutes pour noter le manque de régularité dans les horaires et le manque d'information. Un constat partagé par l'association des usagers du transport du Nord. Les transports représentent le budget le plus important de la région. Un milliard et cent millions d'euros sont dépensés chaque année. Pour les sept candidats qui se présentent dans les Hauts-de-France, c'est l'un des gros thèmes de campagne.En 2015, le président de région, Xavier Bertrand, avait promis le triple A (À l'heure, Assis et Avertis). Le slogan claque, mais pour Franck Dhersin, "le contrat n'est pas rempli". Il fait savoir que nous payons le matériel, mais il ne nous appartient pas. Le vice-président de la Régions Hauts-de-France en charge des transports rappelle aussi que la SNCF est dans une situation de monopole. Et pour y mettre fin et améliorer le service, la région mise sur l'ouverture à la concurrence. Elle a déjà enclenché le processus sur 20% de ses lignes.L'ouverture à la concurrence le laisse Sébastien Chenu sceptique. Pour la tête de liste (RN) aux régionales dans les Hauts-de-France, il s'agit d'assurer plus de dessert, le respect des horaires et des meilleurs équipements. Et pour le député, l'ouverture à la concurrence ne l'amène pas. Il rappelle aussi que "le président de région a accepté la libéralisation de l'offre de transport. Et résultat, il n'est plus exigeant vis-à-vis de la SNCF". Il déplore aussi un manque d'investissement dans les trains.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.