Dossier : Tennis le syndrome Roland Garros et la panne par Jean Paul Ploth et Eric Leleu

par INA catalogue

  • info

Internationaux de France de Roland GARROS : les français se sont fait éliminer très rapidement. Depuis Yannick NOAH, aucun français n'a remporté Roland GARROS. Le tennis français est il en panne ? Jean Paul LOTH qui commente ses internationaux pour la trois et Eric LELEU (psychologue et professeur de tennis) sont les invités du SOIR. - Y aura t'il un nouveau Noah : Réponse de Jean Paul LOTH : "On ne peut pas le prévoir, c'est le don du ciel. Dans le travail des fédérations, il y a un travail de fond, la recherche de ce nouveau champion. Car, il y a 9 dans les 100 premiers chez les garçons et il y en a autant chez les filles et pourtant nous ne sommes pas contents. Pourquoi ? car nous n'avons pas celui qui gagne. - Le fait que Noah est quitté très jeune le Cameroun pour la France et le tennis a t'il contribué à lui forger un caractère de battant ? Jean Paul LOTH :" Certainement. Mais quand on n'est pas capable dans quelque discipline que ce soit, de supporter l'argent, le succès, les coupures, les voyages, il ne faut pas s'embarquer dans ce genre de métier car les contraintes que existent dans le tennis existent ailleurs. Seuls, ceux qui sont armés pour toutes les difficultés à confronter sont ceux qui passent ". - Les joueurs fraçais sont ils trop cajolés, trop dorlotés ?: Réponse d'Eric LELEU :" Je le pense, le tennis est un sport très narcissique, qui développe un égo très fort, il y a des obstacles majeurs sur la carrière de champions, entre autre, un champion de club c'est déjà une star avec plein de gens qui lui disent que c'est le plus beau, le plus fort. Il y a l'argent, il faut savoir qu'une première série à 20 ans, s'il se débrouille pas trop mal, il gagne un salaire de cadre supérieur. Et puis, il y a les médias qui surajoutent à ce complexe de supériorité et ça demande un équilibre très fragile et une alchimie très subtile pour maintenir l'ambition et garder les pieds sur terre. - Les minimes et les juniors sont de bons niveau et cela se gâte après : réponse de LELEU qui rappelle qu'il y a 5 ans il avait posé à Jean Paul LOTH la question du mental et que cer dernier lui avait paru assez dubitatif. "Est ce que maintenant avec ce qu'on a vu à Barcelone aux Jeux et en hiver à Albertville, beaucoup de champions ont un entraînement du mental, bien spécifique, qu'est ce que vous en pensez maintenant ?". Réponse de Jean Paul LOTH : "J'en pense pas plus qu'il y a 5 ans car j'ai été le premier Directeur technique et entraîneur national à faire appel à des psychologues, des gens qui ne m'ont jamais rien apporté car ils n'étaient pas compétents sur le terrain, car ils n'avaient pas encore affronté le monde du sport qui est à part. Il faut du temps pour faire un bon préparateur psychique et pour l'instant je n'en connais pas beaucoup dans le tennis." - Pourquoi n'y a t'il pas une préparation psychologique des joueurs comme en Coupe Davis ? "Réponse de JP LOTH :" Ils ont préparés toute l'année, les joueurs, mais ils n'ont pas un préparateur psychologique attitré pour un certain nombre d'entre eux. Et pourquoi Roland GARROS ferait il plus de pression que Wimbledon ou Flushing Meadow ? LECONTE a été 2 fois en finale des Internationaux de France et pas deux fois à Flushing Meadow en finale. Les joueurs français réussissent en général bien sinon mieux sur leur territoire qu'ailleurs mais s'ils ne sont pas capables de résister chez eux alors qu'ils veulent faire au mieux, c'est qu'ils ne sont pas taillés pour ". - On parle de l'école américaine en tennis, y at'il une école française ? Réponse d'Eric LELEU :" C'est un état d'esprit. En France, le ridicule tue et c'est pour ça que dans les entraînements on a vu souvent des français avec un beau jeu, une belle technique, mais on s'est surtout attaché à corriger les défauts plus qu'à travailler les points forts. Aux USA, on travaille sur les points forts. Ca forge un moral. En France, c'est gommer du relief, beau tennis, bien ficelé, bien joli, mais sans hargne, agressivité et confiance. - Le tennis français est il normatif ? Réponse de Jean Paul LOTH : "Quand je vois jouer Noah, LECONTE, FORGET, PIOLINE et SANTORO qui joue à 2 mains des 2 côtés, je ne vois aucun de ces joueurs jouer de la même façon. On ne peut pas empêcher un joueur de développer ses qualités propres. Mais la société américaine vit différemment de la nôtre. - On célèbre BOLITIERI comme usine à fabriquer des champions, vaut il mieux des joueurs épanouis plutôt qu'un super champion et des déchets de joueurs ? Réponse de JP LOTH :" Non, il vaut mieux plein de joueurs épanouis et un super champion. Ce que je n'apprécie pas dans l'école BOLITIERI, c'est l'accaparation permanente des joueurs qui passent une semaine ou 15 jours dans son camps pour en faire des joueurs qu'il a formé. Car il y a des entraîneur de chez eux qui vont faire un stage chez BOLITIERI, qui progressent, et après ont dit que c'est lui qui les a formé. Ce n'est pas vrai. - Le tennis français a t'il besoin d'un TAPIE ? Réponse de LOTH : "Non. Les chosessont régies de façon très différente dans le foot, ce sont les clubs qui payent les joueurs. Dans le tennis, c'est le spectateur qui paye le joueur en venant les voir et les contrats avec leurs sponsors. Le joueur de tennis paie son entraîneur, souvent tous les gens qui sont autour de lui, il peut donc ordonner, commander, faire ce qu'il veut. Dans le football, on les paie et ils exécutent. C'est une différence fondamentale dont TAPIE se sert très bien. - Le tennis français est il en panne : Réponse de LOTH :" Non, le tennis manque ce dont tous les pays manquent qui n'ont pas un des 5 meilleurs mondiaux. Et il faut savoir que dans les 5 meilleurs mondiaux, il y a toutes les catégories et on est 110 pays ".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.