Donald Trump veut interdire "TikTok" aux USA : La responsable réagit dans une vidéo avec un grand sourire : "Nous ne partirons pas et nous allons créer des milliers d'emplois"

par morandini

18h36: La responsable de TikTok aux Etats-Unis, Vanessa Pappas, a réagi dans un message vidéo sur Twitter à la volonté de Donald Trump de sortir l'application des USA. «Je remercie les millions d'Américains qui utilisent TikTok chaque jour, et amènent de la joie et de la créativité dans leur quotidien», commence-t-elle, un grand sourire aux lèvres. «Nous sommes reconnaissants envers vos élans de soutien», ajoute-t-elle, indiquant que «TikTok ne prévoit de partir nulle part».

La responsable américaine défend le réseau social, qu'elle qualifie de «foyer pour les artistes et les créateurs de contenu, sur lequel ils peuvent librement exprimer leurs idées et interagir avec des gens de différents milieux».

Le réseau social emploie 1.500 employés aux Etats-Unis, et prévoit de «créer 10.000 emplois d'ici trois ans» dans le pays.

07h36: Le président américain, Donald Trump, a annoncé, cette nuit qu'il allait interdire aux Etats-Unis le réseau social TikTok, soupçonné par Washington de pouvoir être utilisé par le renseignement chinois. « En ce qui concerne TikTok, nous l'interdisons aux Etats-Unis », a déclaré M. Trump à des journalistes à bord de l'avion présidentiel Air Force One. Il a ajouté qu'il agirait dès samedi.

TikTok appartient au groupe chinois ByteDance. Il compte près d'un milliard d'utilisateurs dans le monde et est très populaire auprès d'un public jeune. Tiktok nie des liens avec les autorités chinoises TikTok faisait l'objet d'une enquête du CFIUS, l'agence américaine chargée de s'assurer que les investissements étrangers ne présentent pas de risque pour la sécurité nationale. Steven Mnuchin, le secrétaire américain au Trésor, avait fait savoir mercredi qu'il ferait une « recommandation » sur TikTok à la Maison Blanche cette semaine.

TikTok a souvent dû se défendre de ses liens avec la Chine, où ByteDance possède une application similaire, sous un autre nom. Elle a toujours nié partager des données avec les autorités chinoises et assuré ne pas avoir l'intention d'accepter de requêtes en ce sens.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.