Covid : les écrivains viennent en aide aux librairies

par LCI

  • info

Pour Florence Kammermann, il n'est pas question de fermer boutique pour ce deuxième confinement. Elle accueille ses clients toute la semaine. Interdit, mais assumé. Selon elle, sacrifier sa librairie, ce serait priver Cannes de sa seule librairie indépendante. Vendredi, la police est passée la voir. Pas encore d'amende, mais la première est à 135 euros. Et même s'il y en a une, l'écrivain Didier Van Cauwelaert, prix Goncourt, s'engage à la régler par solidarité. D'autres auteurs affirment qu'ils payeront les amendes suivantes. Cette semaine, des positions concrètes ont été apportées au gouvernement pour que les librairies ouvrent. Renforcement des gestes barrières, jauge réduite à l'intérieur et horaires élargies... toute la filière défend ces mesures. C'est notamment le cas des syndicats, mais aussi des principaux réseaux de librairie, de grands éditeurs et de plus en plus d'écrivains, dont Alexandre Jardin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.