Covid-19: les petits commerçants "ni considérés ni entendus", selon Dati (LR)

par Kangai News

  • info

Les "petits commerçants" ne sont "ni considérés ni entendus malgré leurs efforts pour s'adapter", dénonce l'ancienne ministre Rachida Dati (LR), tandis que le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau plaide pour leur réouverture le 1er décembre. "En Allemagne, les commerçants peuvent ouvrir en fonction de la superficie de leurs établissements. Ce sont des critères objectifs. En France, on débat sur des notions floues pour essayer de départager ce qui est essentiel de ce qui ne l'est pas", déplore dans le JDD Mme Dati, maire du VIIe arrondissement de Paris. "Il faut des règles claires, arrêter de gouverner par la peur et cesser d'opposer les uns aux autres, comme les petits commerces aux grandes surfaces", insiste la cheffe de l'opposition parisienne. "Je suis d'accord avec Raymond Soubie (ex-conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Elysée) quand il dit: +Les petits commerçants pourraient devenir des Gilets jaunes puissance 100+, car ils ne sont ni considérés ni entendus malgré leurs efforts pour s'adapter à la situation", considère Rachida Dati, qui avait posé des jalons en vue de la présidentielle fin septembre dans une interview à la presse anglo-saxonne. Autre possible prétendant à la candidature, Bruno Retailleau considère dans Le Parisien que "le gouvernement devrait dire et assumer clairement qu'ils pourront rouvrir le 1er décembre" car "aucune étude épidémiologique sérieuse ne montre que l'ouverture des petits commerces est plus risquée que celle des grandes surfaces".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.