Coronavirus - Emmanuel Macron poste encore une vidéo sur Instagram en cette fin d'après-midi, cette fois pour commenter la décision du Conseil Constitutionnel

par Jeanmarcmorandini.com

Emmanuel Macron s'est de nouveau exprimé sur les réseaux sociaux pour défendre la généralisation du pass sanitaire. Le chef de l'Etat a rappelé qu'"en société, parce que nous dépendons les uns des autres, la liberté ne se conjugue pas au singulier". Un principe qui s'applique aussi selon lui au pass sanitaire. "Je peux décider de ne pas me faire vacciner et de rester à la maison, mais si je vais dans des lieux où je risque de contaminer d'autres personnes qui, elles, ont pris des précautions, à ce moment-là je dois ou me faire tester ou me faire vacciner, c'est la liberté responsable, la liberté d'une citoyenne ou d'un citoyen."

Le Conseil constitutionnel a validé jeudi l'essentiel de la loi qui élargira dès lundi le pass sanitaire à de nouveaux lieux publics, dont les cafés-restaurants, ainsi qu'une obligation vaccinale pour les soignants, décision qui a satisfait l'exécutif mais suscite la colère des opposants et de nouveaux appels à manifester samedi.

Dans un verdict très attendu, les juges constitutionnels ont validé la mise en place du pass dans les cafés-restaurants mais aussi dans les Ehpad et hôpitaux, mesure la plus emblématique et la plus controversée. Ils ont en revanche supprimé de la loi l'isolement obligatoire des personnes contaminées, jugé disproportionné, ainsi que le licenciement des CDD sans pass si leur activité le requiert, au motif d'une "différence de traitement" avec les salariés en CDI, qui ne peuvent être licenciées pour cela.

L'exécutif s'est félicité du feu vert du Conseil au pass sanitaire - certificat de vaccination, test négatif ou attestation de rétablissement. Cela "permettra le plein déploiement de la stratégie de lutte contre la Covid-19", s'est félicité le Premier ministre Jean Castex.

L'entourage d'Emmanuel Macron a également "salué la décision du Conseil", fruit selon lui d'un "vrai travail parlementaire". "La dynamique vaccinale est là", a-t-on ajouté de même source. En revanche, cette décision a déclenché une salve de critiques de la part des opposants, en particulier à l'extrême droite et à l'extrême gauche, sur fond de nouvelles manifestations prévues samedi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.