Coopération de Gaza

par INA catalogue

  • info

Bien que décriés ou ignorés de chaque côté, il semblerait que les échanges économiques entre les territoires occupés, certains pays arabes et Israël se portent bien. Pierre LAVIGNE montre ici l'exemple de Gaza et la vitalité de son port de commerce avec le transit de marchandises jordaniennes et l'emploi d'ouvriers palestiniens dans les entreprises israéliennes.A Gaza, à 5 heures du matin, Pierre LAVIGNE embarque avec des ouvriers arabes qui vont aller travailler partout en Israël. Le marché de Gaza a retrouvé son activité habituelle. Les Israéliens se font plus discrets et l'ordre est assuré par une police montée arabe. Cette séquence est illustrée en images.Un patron juif d'origine française, "Monsieur Marcel" possède à Gaza une fabrique de copie de meubles Louis XV. Il emploie 14 ouvriers réfugiés palestiniens. Il parle de la relation avec ses ouvriers et explique que ceux-ci ont des conditions sociales et de salaires proches de leurs homologues israéliens. Les images montrent les ouvriers arabes façonnant les meubles.Sur le front de mer, de nouvelles maisons rudimentaires mais possédant l'électricité et l'eau courante sont construites par les Israéliens pour remplacer petit à petit les baraquements des camps de réfugiés. Dans le port de commerce de Gaza, une file de camions attend et des marchandises provenant de Jordanie transitent pour aller dans d'autres pays arabes.David CATARIVAS souligne l'importance des échanges économiques entre les territoires et Israël : main d'oeuvre arabe en nombre et apport technique d'Israël. Il estime que les Palestiniens des territoires y compris les notables, souhaitent vivrent à côté d'Israël, qu'ils ne cherchent plus la destruction de l'état juif et qu'ils "ne collaborent pas avec les terroristes palestiniens".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.