Confinement : ils ne peuvent plus payer leur loyer

par LCI

  • info

Une nouvelle fois cette année, Patrick Labourasse, restaurateur, se trouve en difficulté. Il a dû baisser le rideau de sa brasserie. Locataire d'un logement social à Marseille, il est inquiet. comment va-t-il payer le loyer de son appartement ? "Etant patron de mon restaurant, je n'ai pas de salaire", dit-il. "Aujourd'hui, cette baisse de ressources nous a mené à vivre des jours un peu plus difficiles qu'avant", poursuit-il. Lors du premier confinement, il s'était tourné vers son bailleur et avait obtenu un rabais sur le montant de son loyer. Des appels à l'aide comme celui du restaurateur, Stéphanie Cutellas, conseillère en économie sociale et familiale Erilia à Marseille, en a reçu des dizaines depuis le début de l'épidémie. La société étudie les dossiers cas par cas"Nous avons touché un public que nous n'avions jamais l'habitude d'avoir en face de nous. Des salariés en CDI qui sont en grande difficulté", explique-t-elle. Au total, deux mille familles ont fait face à des retards de paiements. Une situation qui fragilise ce bailleur. "Les bailleurs sociaux fonctionnent avec les recettes que sont les loyers de leurs locataires. On est bien sur le nerf de la guerre", indique Géraldine Bourdin, directrice adjointe de la cohésion sociale et du renouvellement urbain d'Erilia à Marseille. Dans l'Hexagone, les retards de paiements chez les bailleurs sociaux auraient gonflé de 100 millions d'euros à cause de l'épidémie. Mais la problématique concerne également les locataires et les propriétaires du parc privé. Face à cette crise, le gouvernement vient de rallonger le budget des aides au logement, une enveloppe de 493 millions d'euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.