Classement des hôtels : Google mis à l’amende pour un "classement trompeur"

par LCI

  • info

La mention du nombre d'étoiles est souvent bien visible sur la façade ou sur une plaque à l'entrée de l'hôtel. En principe, plus il y a d'étoiles, plus l'établissement est luxueux. C'est le cas si le nombre d'étoiles est attribué par Atout France, seul organisme habilité par l'Etat. Les sites de réservations en ligne affichent, eux aussi, leurs notes. Le plus souvent, ces dernières sont données par des clients. Cette pratique est autorisée. Google a commis une faute en créant son propre barème d'étoiles, sans préciser qu'il était différent du classement officiel.Pour le syndicat de l'hôtellerie, c'est une aberration. La répression des fraudes a été alertée sur cette irrégularité il y a deux ans. Elle a constaté beaucoup d'erreurs. Selon Romain Roussel, directeur du cabinet de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, la DGCCRF a analysé plus de 7 500 classements d'établissements dans Google et a constaté que dans environ 30% des cas, il y avait une anomalie sur le nombre d'étoiles signalé par le moteur de recherche.Le système a perduré plusieurs années. Google plaide l'erreur de bonne foi, mais le syndicat hôtelier y voit une manœuvre financière. Le géant américain a été sanctionné pour classement trompeur et vient de payer une amende d'un million cent mille euros au trésor public. Une somme négociée avec la répression des fraudes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.