Circulation à 30km/h : la mesure est-elle efficace ?

par LCI

  • info

Bègles s'est proclamée première ville de France à généraliser l'abaissement de la vitesse à 30km/h, il y a un an et demi. Depuis, l'ambiance est plus apaisée. Le maire est même certain que le passage à 30km/h a eu un effet sur les embouteillages. En clair, les habitudes ont changé. Mais sans surprise, tout le monde n'a pas l'œil rivé sur le compteur. Trois zones ont d'ailleurs dû repasser à 50km/h. C'est notamment le cas d'une route menant à Bordeaux où la règle n'était pas suffisamment respectée. Mille excès de vitesse ont été relevés en un après-midi.Comme Bègles, près de deux cents communes ont choisi de faire des 30km/h la règle et des 50km/h l'exception. C'est le cas de villes moyennes comme Sceaux, mais aussi de villes plus importantes comme Grenoble ou Lorient, Nantes et Lille, grande métropole de 250 000 habitants. Il y a un an et demi, 44% des routes étaient en zone 30. C'est désormais 88%. La municipalité a déboursé presque 200 000 euros rien que pour la signalétique. Des contraintes nouvelles bien acceptées par les habitants du centre-ville, mais beaucoup moins par les 100 000 automobilistes qui viennent chaque jour des communes périphériques.Pour les convaincre, Jacques Richir, adjoint au maire chargé des espaces publics et mobilités à Lille, avance trois grands arguments : l'apaisement des villes et de la circulation, l'amélioration de la sécurité routière et la diminution de la pollution. Alors, les villes à 30 km/h sont-elles vraiment plus sûres ? Qu'en est-il de la réduction de la pollution ? Nous avons cherché à le vérifier dans le reportage ci-dessus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.