Chômage en Calabre

par INA catalogue

  • info

Reportage sur la situation catastrophique de l'emploi dans la région calabraise, gangrénée par la mafia, la Ndrangheta, à travers à travers plusieurs exemples d'échecs d'industrialisation causés par de brusques changements politiques.Dans le petit village de Stilo, 1 000 habitants sur 3000 sont au chômage. Diner familiale chez Pietro, au chômage depuis 1 an. L'entreprise dans laquelle il travaillait a du fermer, étouffée par le racket de la mafia. Les plus jeunes ne voient qu'une solution se débarrasser de la mafia. Ou lorsque les moyens le permettent, étudier. Pietro quant à lui, retournera bientôt chercher du travail à Turin. La journée comme ses compagnons d'infortune, les petits boulots et la solidarité leur permettent de vivre sans céder à la facilité de propositions mafieuses.Gioia Tauro, gigantesque port industriel inutilisé, construit en vue du développement de la sidérurgie dans la région, créateur de 7500 emplois, projet qui s'est écroulé pour obscures raisons politiques. Sur des images des infrastructures reluisantes, M. ALTOMONTE, adjoint au maire de Gioia Tauro, chargé des travaux publiques, explique qu'il cherche des idées pour faire évoluer ce projet en port polyvalent, tourné vers le commerce, ou le tourisme. Plus au sud, sur le site du complexe chimique de Mangia Torella qui n'a jamais fonctionné depuis sa construction en 1977, rencontre avec deux salariés du site. Consolato GATTO, analyste de laboratoire au chômage technique et Domenico POSTORINO qui s'occupe de l'entretien, comme environ 300 autres hommes. Consolato raconte que personne n'a réellement su pourquoi l'usine n'avait jamais fonctionné, mais ils savent tous que ce sont des raisons politique et non de marché. Il évoque les reconversions possibles de cette usine dont le matériel est de bonne qualité. Il termine en expliquant que l'état est le propriétaire et que tout l'argent investi ici est jeté à la mer.Un peu plus loin, images de trains sur des voies de garages. Ce sont des ateliers de réparation de trains, inaugurés 17 fois mais jamais mis en service...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.