Ces départements surpris d’être concernés par les restrictions

par LCI

  • info

La stupéfaction et la résignation, voilà les sentiments des Brestois que nous avons rencontrés sur cette plage, qu'ils pourront malgré tout continuer de fréquenter. Les magasins considérés comme non-essentiels vont fermer à nouveau. Une situation insupportable pour cette commerçante indépendante. Même sentiment à Bordeaux. Dans le centre-ville, une bonne partie des commerçants ne comprend pas. "Nous sommes tous essentiels au même titre que la grande distribution ou encore les sociétés de ventes sur Internet. On ne veut pas des indemnisations, on veut travailler. On veut vivre de notre travail", nous confie Laurent Huet, responsable du magasin de jouets "Petits pouces".Quant aux habitants, ils semblent résignés, mais moins surpris qu'à Brest. Cette famille veut en finir une bonne fois pour toutes pour pouvoir enfin faire baptiser leur petit dernier. C'était prévu pour le mois d'avril, mais avec les nouvelles restrictions de déplacement, c'est annulé. Un baptême qu'ils espèrent maintenant célébrer dans quatre semaines.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.