Au cimetière, Rimbaud reçoit toujours du courrier

par afp


"Rimbaud, je le tutoie! Je l'appelle Arthur!" Gardien du cimetière de l'Ouest à Charleville-Mézières depuis 37 ans, Bernard Colin veille fidèlement sur la tombe du poète et relève consciencieusement son "courrier" qui continue d'arriver dans la boîte aux lettres jaune très "vintage" à l'entrée du cimetière.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.