Attentats de Bruxelles : « un problème d'évaluation de la dangerosité des personnes »

par euronews (en français)

Les attentats de Bruxelles et soulèvent de nombreuses questions sur l’efficacité de la lutte contre le terrorisme. Euronews a interrogé Claude Moniquet, président de l’ESISC, un centre d’analyse des questions de sécurité .

Euronews:

« Est-ce que ces attentats révèlent des défaillances dans la lutte antiterroriste en Belgique? »

Claude Moniquet:

« Il y a un problème d‘évaluation de la dangerosité des personnes et dans ce sens-là je veux bien dire que les Belges ont un problème mais on l’a tous. Les services de renseignements occidentaux sont des outils issus de la guerre froide qui ont été formatés et éduqués à travailler sur des structures: des États, des partis politique, le politburo, le KGB, l’armée rouge etc… Ici on est en face d’une structure, Daesh, qu’on comprend bien même dans sa complexité. La photo globale, la peinture globale, on l’a. Mais quand on parle du détail et malheureusement le détail il est opérationnel c’est la dangerosité des personnes là on est moins bon parc

Vos réactions doivent respecter nos CGU.