AstraZeneca : le casse-tête de la seconde dose

par LCI

  • info

Victoire Symphorien est interne dans un hôpital de la région parisienne. Elle a reçu sa première dose d'AstraZeneca le 3 mars et n'a aucune inquiétude sur la deuxième injection. Mais elle ne sait pas quand et comment elle aura lieu. "Initialement, mon rendez-vous était prévu un 9. Ils l'ont décalé à douze semaines, mais je n'ai eu aucune nouvelle. Et là, je n'ai pas de nouvelle non plus sur ce qu'on va avoir comme deuxième dose et si on va avoir une deuxième dose", confie-t-elle.Depuis le 19 mars, le vaccin d'AstraZeneca est déconseillé aux moins de 55 ans. Comment faire le rappel pourtant indispensable ? Pierre-Emmanuel Alain, infirmier, a été vacciné il y a trois semaines. Lui n'aura pas de deuxième dose, car il a déjà contracté le Covid. "Même si ce n'est pas l'AstraZeneca d'origine, si on me dit que c'est OK, que c'est valable avec un autre vaccin, si les autorités sanitaires le préconisent, je le ferais", s'exprime-t-il.Faudra-t-il leur administrer le vaccin Pfizer ou Moderna en guise de deuxième dose ? La question se pose pour environ 533 000 personnes, pour la plupart des soignants. Le responsable de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, n'y voit pas d'objection. "C'est bien que pour les moins de 55 ans, ces personnes reçoivent un vaccin ARN", déclare-t-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.