Antisémitisme - Les annonces d'Emmanuel Macron hier soir au dîner du Crif

par morandini

Le président Emmanuel Macron a dénoncé mercredi "une résurgence de l'antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde Guerre mondiale" en France et en Europe, y assimilant l'antisionisme et annonçant des mesures pour tracer de nouvelles "lignes rouges" après une série d'incidents dans le pays.

"Depuis plusieurs années, et la situation s'est encore aggravée ces dernières semaines, notre pays - comme d'ailleurs l'ensemble de l'Europe et la quasi-totalité des démocraties occidentales - est confrontée à une résurgence de l'antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde Guerre mondiale", a déclaré le chef de l'Etat devant le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), à Paris.

"À nouveau, depuis plusieurs années, l'antisémitisme tue en France", a-t-il poursuivi, alors que la France a connu en 2018 une flambée de 74% des actes antisémites. Le chef de l'Etat a estimé que le temps des "actes" était venu, réitérant la promesse qu'il avait faite mardi en se rendant à Quatzenheim, dans l'est de la France, où une centaine de tombes du cimetière juif ont été recouvertes de croix gammées.

Le président a notamment annoncé le dépôt prochain d'une proposition de loi pour contrer la prolifération des propos racistes et antisémites sur le net en "renforçant la pression sur les opérateurs".

Répondant au voeu des instances juives et du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, il a annoncé que la France allait "mettre en oeuvre" - sans toutefois l'intégrer au Code pénal - une définition de l'antisémitisme élargie à l'antisionisme, qui est "une des formes modernes de l'antisémitisme".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.