Années 80 : le retour en force du sweat à capuche

par LCI

  • info

Plus qu'un vêtement, le pull à capuche est une façon d'être pour Sienna Bernardini. Cette adolescente de quinze ans en possède une cinquantaine. Sur les réseaux sociaux où elle partage des vidéos de danse très suivies par les jeunes, elle ne fait aucune apparition sans sa tenue préférée. D'après elle, la capuche rajoute un "flow" et un "style". Quelques minutes dans la rue suffisent pour comprendre que la folie du pull à capuche ne touche pas que les plus jeunes. Mais qu'est-ce qui plaît tant dans ce vêtement que l'on croyait réservé au dimanche après-midi ?Moins cher qu'un pull classique, le prix moyen d'un sweat à capuche est de 30 euros en magasin. Il s'agit d'un argument de taille pour les clients. Mais ce n'est pas tout. D'après Alexis Telliez, responsable adjoint du magasin "Bizzbee Rambuteau", le pull à capuche est un produit fort à prix raisonnable. Selon lui, il se porte dans la vie de tous les jours tout en tenant chaud. "C'est aussi un vêtement très américain", a-t-il ajouté.Aux États-Unis où le sweat à capuche est né, le rap puis les universités en ont fait un incontournable pour afficher un message ou revendiquer une appartenance. En France, Paris, la capitale de la mode, l'a transformé en pièce chic. Par exemple, la boutique "Knowledge Cotton Apparel" met en avant son caractère élégant. Le coton utilisé pour sa fabrication est 100% bio. Son prix grippe ainsi à 100 euros. À l'heure du télétravail, la recherche du confort ne devrait pas freiner les ventes de ce vêtement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.