Amiante : la colère des salariés d'Honeywell sommés de rembourser leurs indemnités

par LCI

  • info

Il y a cinq ans, Maria Adria a reçu un chèque de 8 000 euros. Elle avait été reconnue victime du préjudice d'anxiété lié à l'amiante après 35 ans de carrière dans l'automobile. Aujourd'hui, elle est sommée de rembourser cet argent. "C'est ce mal qu'on nous fait. C'est de dire rendez-nous l'argent… Ce n'est pas une petite somme non plus, surtout sur une petite retraite", s'indigne-t-elle. Comme elle, 35 autres salariés sont concernés et meurtris. Le problème, c'est qu'ils se sont engagés, il y a plus de dix ans, à ne pas poursuivre leur employeur en justice au moment de leur licenciement. Quelques années plus tard, ils vont engager cette procédure liée à l'amiante sans lien direct avec la première affaire. Et c'est cette clause qui pose problème. Maria, Marie, Danny et les autres se sentent oubliés et demandent la clémence de leur ancien employeur. Ce qu'ils demandent c'est que personne ne rembourse puisqu'ils sont dans l'incapacité de le faire. L'entreprise, quant à elle, a été contactée mais n'a pas souhaité répondre à nos questions.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.