Agriculture : les pesticides vraiment irremplaçables ?

par LCI

  • info

Les vignes de ce vigneron à Bordeaux sont désherbées pour moins de dix euros, alors que l'alternative mécanique est pour l'instant coûteuse en machine et en main-d'œuvre qualifiée. Il a déjà baissé les doses au maximum et sait qu'il faudra faire sans d'ici 2023, et c'est techniquement possible. Mais ce n'est pas le cas pour les néonicotinoïdes. Alors, pour tenter de sauver sa récolte, ce producteur de betteraves a dû pulvériser trois fois un autre insecticide. Voilà pourquoi les producteurs de betteraves ont obtenu cette semaine une dérogation, car pour se passer de cet insecticide, la solution n'existe pas. Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 09/10/2020 présenté par Anne-Claire Coudray sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 9 octobre 2020 des reportages sur l'actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.