Affaire Estelle Mouzin : des moyens techniques exceptionnels déployés

par LCI

  • info

Loin des regards indiscrets, une quinzaine de gendarmes explore chaque mètre carré de sous-bois. Les arbres sont numérotés. Des piquets indiquent les zones déjà explorées. La terre est retournée en plusieurs endroits. Monique Olivier affirme avoir accompagné son mari Michel Fourniret sur cette petite route de campagne il y a 18 ans. Elle serait restée dans la voiture pendant qu'il enterrait le corps d'Estelle Mouzin. C'est toute cette zone longue de 200 mètres qu'explorent les enquêteurs aujourd'hui. Parmi les techniques déployées, il y a d'abord des drones équipés de caméras spéciales. Grâce à une analyse du spectre lumineux, elles peuvent identifier toute preuve invisible à l'œil nu, comme des vêtements dissimulés par exemple. Mais elles ne travaillent qu'en superficie.Cet ingénieur fournit à la gendarmerie une autre technique capable de sonder le sous-sol. Il s'agit d'un géoradar. Sur un écran de contrôle, les gendarmes peuvent ensuite identifier dans l'instant toutes les preuves enterrées. Tous ces instruments sont déjà sur place à la disposition des enquêteurs, mais la topographie du terrain, en pente, accidentée, complique leur tâche. Les fouilles pourraient durer une semaine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.