Achat immobilier : la négociation porte ses fruits

par BFMTV

Les vendeurs ne prennent pas en compte la crise lors de la mise sur el marché de leur bien, pour les professionnels du secteur, cela explique en partie les écarts de prix enregistrés entre le début de la négociation avec l’acheteur et le prix de vente définitif. Au 1er semestre 2012, Les chiffres sont impressionnants : à Lille par exemple, un vendeur qui souhaite vendre son appartement 182 000 euros le vendra finalement 141 000, soit une baisse moyenne consentie de plus de 22%

Vos réactions doivent respecter nos CGU.