À la rencontre des chasseurs de météorites

par LCI

  • info

Dans le cadre du dispositif FRIPON, la France dispose d'une centaine de caméras spécialisées pour détecter les météorites. À la nuit tombée, elles scrutent les grosses étoiles filantes. Nous avons rencontré François Colas, astronome - Observatoire de Paris (Projet Fripon). Grâce à ces caméras et son ordinateur, ce chasseur de météorites peut déterminer le point d'impact de ces fragments d'astéroïde avec la terre. Il y a seulement quelques jours en Belgique, une météorite est tombée. Beaucoup de Belges l'ont aperçue. Une des caméras de François a saisi l'instant. Mais, malgré ses calculs, pour le moment, personne n'a réussi à mettre la main dessus. Ces morceaux de l'espace sont bien plus faciles à trouver lorsqu'ils chutent dans le désert, le terrain de jeu favori des chasseurs de météorites. Luc Labenne, l'un des plus célèbres, parcourt le monde à la recherche de ces pierres extraterrestres. Il parvient à vivre de sa passion. Quand il ne voyage pas, il tient une petite boutique. Les amateurs s'y bousculent pour lui acheter ses trouvailles. Le prix varie entre une dizaine d'euros et plusieurs milliers pour les spécimens les plus rares. Une météorite prend de la valeur en fonction de leur origine, sa composition et surtout son histoire. En France, dans une salle sécurisée du Muséum d'histoire naturelle, nous possédons l'une des plus importantes collections de météorites au monde. Elles y sont stockées dans des conditions très particulières. La plupart d'entre elles sont tranchées pour être étudiées. C'est la richesse organique de la matière qui intéresse surtout les scientifiques. En observant au millième de millimètre, les scientifiques sont capables d'estimer l'âge d'un fragment et d'en apprendre davantage sur la formation de la terre. Selon la Nasa, plus de 80 000 météorites de plus de 10g tombent sur terre chaque année.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.