À la rencontre de ces Français fous de reptiles

par LCI

  • info

Il n'a que dix ans, et déjà une idée bien précise de ce qu'il veut faire plus tard. Gabriel Lellouche veut devenir herpétologue et entomologiste, c'est-à-dire un spécialiste des reptiles et des insectes. Dans sa chambre, il élève des petits lézards, un gecko, des dendrobates et des grenouilles tropicales. De leur habitat naturel à leur alimentation, ces animaux n'ont aucun secret pour lui. Il a même créé sa chaîne YouTube pour partager sa passion. Son modèle est Tanguy alias Toopet. Chacune de ses vidéos est visionnée plus de 500 000 fois. Il nous reçoit dans son studio au milieu de ses nombreuses espèces d'oiseaux et de reptiles. Tanguy vient se fournir en nourriture à la ferme tropicale à Paris. Dans ce temple de la terrariophilie, on trouve de tout. Car l'offre s'est diversifiée ces dernières années, tout comme la clientèle, jeunes et citadines, qui est prête à y mettre le prix. Même les espèces les plus impressionnantes y sont vendues du moment qu'elles ne présentent pas de risque pour l'homme. En revanche, il faut un certificat de capacité pour détenir des espèces dangereuses. Pierre Quistinic, fondateur du Terrarium & Vivarium de Kerdanet à Chatelaudren-Plouagat (Côtes-d'Armor), en récupère régulièrement comme ces pythons réticulés de près de 40 kg chacun. Ils ont été saisis par la police chez un particulier qui en détenait une trentaine illégalement. Les tortues terrestres ou aquatiques figurent parmi les animaux les plus vendus. Elles peuvent vivre jusqu'à 80 voire 100 ans. Adopter un reptile doit être mûrement réfléchi. Plus de deux millions de personnes en détiennent légalement en France.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.