Société

Santé : le vol d’ordonnances, un trafic extrêmement lucratif

En France, de plus en plus de médecins se font voler leurs carnets ou leurs feuilles d’ordonnances. En 2022, le business de revente de médicaments aurait généré 8,5 millions d’euros de préjudice, indique Le Parisien.

De l’or dans un carnet. En France, le vol d’ordonnances est de plus en plus fréquent, selon l’ordre des médecins. Une pratique qui permet ainsi aux voleurs de se faire leurs propres prescriptions de médicaments, afin de les revendre au marché noir ensuite, explique Le Parisien, dimanche 9 juillet. Les antidouleurs, les antiépileptiques ou encore les anticancéreux sont parmi les cachets les plus prisés.

En 2022, le préjudice financier lié à ce trafic s’élèverait à 8,5 millions d’euros, selon un rapport de l’assurance maladie. En 2021, il s’élevait tout juste à 2,8 millions, souligne le quotidien francilien. Signe qui atteste de la recrudescence des vols dans les cabinets de médecins. "Ces faussaires se procurent des psychotropes et les revendent, sur le trottoir, à des personnes accros", explique le docteur Saïd Ouichou au Parisien. Déjà victime de vol, il fait désormais très attention à son bloc d’ordonnances, mais aussi à son tampon, objet également convoité, tout comme les cartes de médecins.

"Ce trafic progresse partout en France"

De leur côté, les pharmaciens sont à l’affut de la moindre erreur. "Quand on pense que l’ordonnance a été dérobée, on appelle immédiatement le médecin", explique Anne-Sophie Malachane, docteur à Bron, en région lyonnaise. Et les signes vont de la simple faute d’orthographe à une posologie erronée, précise Le Parisien. "Il y a toujours quelque chose qui cloche. Si à Marseille on est tous concernés, ce trafic progresse partout en France", déplore une pharmacienne marseillaise auprès du quotidien.

Mais alors que les escrocs sont de plus en plus doués pour fabriquer des faux, il devient difficile de stopper ce trafic, explique Le Parisien. Il est impossible pour les pharmaciens de contacter chaque généraliste au moindre doute concernant une ordonnance.

publié le 9 juillet à 17h50, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux