Covid: début de la vaccination des enfants au Brésil

Chargement en cours
Une enfant reçoit une injection de vaccin contre le Covid-19 en présence du gouverneur de Sao Paulo, Joao Doria (g), le 14 janvier 2022 au Brésil
Une enfant reçoit une injection de vaccin contre le Covid-19 en présence du gouverneur de Sao Paulo, Joao Doria (g), le 14 janvier 2022 au Brésil
1/3
© AFP, NELSON ALMEIDA

publié le samedi 15 janvier 2022 à 01h06

La vaccination des enfants de 5 à 11 ans contre le Covid-19 au Brésil a débuté vendredi, à Sao Paulo, un mois après son approbation par les autorités sanitaires en dépit des critiques du président Jair Bolsonaro.

Davi Seremramiwe Xavante, petit garçon indigène de huit ans en situation de handicap, a été le premier enfant brésilien vacciné, lors d'une cérémonie officielle à l'Hôpital des Cliniques de Sao Paulo.

Cette cérémonie a eu lieu en présence de Joao Doria, gouverneur de centre droit de l'Etat de Sao Paulo, farouche opposant de Jair Bolsonaro et candidat à la présidentielle d'octobre lui aussi.

C'était déjà à Sao Paulo, plus grande métropole du Brésil, avec 12 millions d'habitants, qu'avait eu lieu la toute première injection d'une dose de vaccin anti-Covid au Brésil, à une infirmière noire de 54 ans, le 17 janvier 2021.

La vaccination de masse des 5-11 ans débutera la semaine prochaine dans tout le pays avec des doses pédiatriques du vaccin de Pfizer-BioNtech, et devra être autorisée par les parents.

Plus de 20 millions d'enfants pourront être immunisés, avec des doses de vaccin pédiatrique du laboratoire américain Pfizer-BioNtech, et sous réserve de l'autorisation des parents.

Les enfants atteints de comorbidités et de populations considérés comme plus vulnérables, comme les indigènes, sont prioritaires.

- Défiance du président -

Cette campagne vaccinale débute un mois après le feu vert de l'agence de surveillance sanitaire Anvisa.

Depuis, le président Bolsonaro n'a cessé de critiquer cette décision, assurant qu'il ne ferait jamais vacciner sa fille Laura, agée de 11 ans.

Lui-même non vacciné, le chef de l'Etat a notamment suscité une grande polémique en demandant de publier la liste des responsables de l'approbation de l'immunisation des enfants.

Une association de fonctionnaires de l'Anvisa a dénoncé des "méthodes fascistes" et le directeur de l'agence a demandé une protection policière pour son personnel, après la prolifération de menaces. 

Selon les données officielles du ministère de la Santé, plus de 300 enfants de 5 à 11 ans sont morts de Covid-19 au Brésil, qui déplore au total plus de 620.000 décès, le deuxième pire bilan après les Etats-Unis.

De nombreux experts considèrent essentiel d'inclure des enfants dans la campagne de vaccination pour les protéger et stopper la pandémie, à un moment où le variant Omicron se propage.

Le nombre de contaminations du Covid a explosé au Brésil depuis l'apparition du variant Omicron, avec 112.286 nouveaux cas recensés en seulement 24 heures vendredi, un chiffre proche du record absolu de 115.228 cas atteint le 23 juin au milieu de la troisième vague. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.