Covid-19: réunion en cours pour autoriser deux vaccins au Brésil

Chargement en cours
Enterrement d'un homme mort du coronavirus à Manaus, Etat d'Amazonas, au Brésil, me 16 janvier 2021
Enterrement d'un homme mort du coronavirus à Manaus, Etat d'Amazonas, au Brésil, me 16 janvier 2021
1/2
© AFP, MICHAEL DANTAS

, publié le dimanche 17 janvier 2021 à 15h54

L'Agence brésilienne de surveillance de la santé ( ANVISA) était réunie dimanche à Brasilia afin de décider si elle autorise deux vaccins rivaux contre le Covid-19: le britannique d'AstraZeneca fabriqué en Inde et le chinois CoronaVac, développes tous deux en partenariat avec le Brésil.

Cette réunion, qui a commencé à 13H00 GMT et devrait durer cinq heures, intervient en plein bras de fer entre le président brésilien Jair Bolsonaro et le gouverneur du puissant Etat de Sao Paulo, Joao Doria, rivaux pour prendre la tête de la campagne de vaccination dans ce pays de 212 millions d'habitants où la pandémie a déjà fait près de 210.000 morts.

Le vaccin chinois CoronaVac est développé en partenariat avec l'Institut Butantan de Sao Paulo, tandis que le vaccin d'AstraZeneca/Oxford est produit à Bombay par le laboratoire Serum en partenariat avec la Fondation Fiocruz du ministère de la Santé brésilien.

Six millions de doses du vaccin CoronaVac se trouvent déjà à Sao Paulo dans l'attente de l'autorisation pour entamer une campagne de vaccination dans l'Etat de Sao Paulo, défiant le ministère de la Santé qui souhaite que ces doses soient utilisées de manière simultanée dans tous les Etats brésiliens.

M. Bolsonaro a dû annoncer vendredi un nouveau report, "d'un ou deux jours", de l'avion devant acheminer d'Inde deux millions de doses de vaccins, afin de lancer la campagne de vaccination au Brésil, frappé par une violente deuxième vague épidémique.

Le départ d'un Airbus A330, équipé de conteneurs spéciaux pour assurer le maintien des vaccins à la bonne température, était initialement prévu pour jeudi puis pour vendredi.

La pandémie fait des ravages à Manaus, la capitale de l'Etat d'Amazonas, qui a commencé vendredi à transférer des patients dans d'autres Etats, en raison de la surcharge de ses hôpitaux manquant cruellement d'oxygène.

Certains scientifiques estiment  probable que la situation se soit dégradée à cause de la présence dans la région d'un variant du coronavirus qui pourrait s'avérer plus contagieux, à l'image de ceux qui sont apparus au Royaume-Uni ou en Afrique du Sud.

MM. Doria et Bolsonaro pourraient s'affronter lors des prochaines élections présidentielles en 2022.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.