Covid-19: "la quasi-totalité des masques industriels" reste valable, assure Véran

Covid-19: "la quasi-totalité des masques industriels" reste valable, assure Véran
Le ministre de la Santé Olivier Véran le 18 janvier 2021 à Grenoble

, publié le mardi 19 janvier 2021 à 14h41

"La quasi-totalité des masques industriels" en tissu reste valable contre le Covid-19 après de nouvelles recommandations du Haut conseil de la santé publique (HCSP), au contraire des masques artisanaux, qui ne filtrent pas suffisamment, a indiqué mardi le ministre de la Santé, Olivier Véran.

"Restent valides tous les masques dont le pouvoir filtrant est supérieur à 90%", a expliqué sur France Inter M. Véran, selon qui cela concerne "la quasi-totalité des masques industriels grand public".

C'est ce "qu'on appelle les masques grand public de niveau 1", a-t-il précisé.

"En revanche, le masque artisanal qu'on fabrique chez soi avec la meilleure intention du monde, en respectant les normes Afnor, (...) n'offre pas nécessairement toutes les garanties nécessaires" pour le Haut conseil de la santé publique, a-t-il poursuivi.

Un responsable du HCSP a indiqué lundi que cette instance consultative recommandait désormais d'éviter certains masques en tissu moins filtrants, à cause de la circulation en France du variant britannique du coronavirus, plus contagieux.


Les masques en tissu à éviter, selon le HCSP, sont les masques artisanaux, ainsi que les masques industriels dits "de catégorie 2". En revanche, les masques dits "de catégorie 1" restent valables.

Selon les normes élaborées par l'Afnor, les masques de catégorie 1 filtrent 90% des particules, tandis que ceux de catégorie 2 n'en bloquent que 70%. Leur catégorie doit figurer sur "l'emballage ou la notice d'information", indique l'Afnor sur son site internet.

Le HCSP a élaboré ses nouvelles recommandations ce week-end pour les transmettre au ministère de la Santé, qui peut choisir ou pas de les suivre. Le détail de ces recommandations n'a pas encore été rendu public par le HCSP.

Selon M. Véran, "il y a probablement environ 2.000 cas" de personnes actuellement infectées en France par le variant apparu en Angleterre, qui représente environ "1,4%" des contaminations quotidiennes, comme l'a montré une récente enquête menée sur l'ensemble des tests PCR positifs au Covid-19.


"Puisque vous avez à peu près 20.000 cas par jour, vous êtes entre 200 et 300 nouveaux cas de variants anglais par jour", a expliqué le ministre, en rappelant que ce variant "ne donne pas des symptômes différents mais est plus contagieux".

A l'appui de son propos, le ministre a cité l'exemple d'un "Ehpad de la région parisienne", où la totalité des 36 personnes positives étaient infectées par le nouveau variant. "Peut-être qu'avec la version habituelle du virus, il n'y aurait eu que 15 ou 20 malades. Là, 36, ça montre que ce virus est très agressif et très contagieux", a-t-il souligné.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.