Société

Cancer : une glande située dans le thorax pourrait réduire les risques de maladie

Dans une étude publiée dans The New England Journal of Medecine, un groupe de scientifiques a mis en évidence l'importance du thymus dans la prévention du cancer et des maladies auto-immunes, rapporte TF1 Info.

Une avancée majeure dans la lutte et la prévention du cancer ? C’est ce sur quoi ont planché une dizaine de scientifiques, auteurs d'une étude publiée dans The New England Journal of Medecine, jeudi 3 août, sur l’ablation du thymus chez les adultes.

Cette glande, située dans le thorax, derrière le sternum, fait régulièrement l’objet d’une ablation lors d’opérations chirurgicales, car jugée inutile, jusqu’à présent. Le thymus est néanmoins considérécomme important chez les enfants, car il leur permet de développer leur système immunitaire, indique TF1 Info.

Pour mener à bien leur étude, les scientifiques ont comparé deux groupes de personnes. D’un côté, 6 000 patients ayant conservé leur glande, de l’autre 1 146 personnes ayant subi une thymectomie. "Nous avons évalué le risque de décès, de cancer et de maladie auto-immune chez des patients adultes ayant subi une thymectomie par rapport à des témoins démographiquement appariés ayant subi une chirurgie cardiothoracique similaire sans thymectomie", expliquent-ils dans l’article.

Des risques de cancers plus élevés sans thymus ?

Et le résultat est sans appel. Cinq ans après la chirurgie, le taux de mortalité, toutes causes confondues, des patients ayant reçu une thymectomie, était plus élevé. Tout comme le taux de développement de cancers, deux fois plus important. "La thymectomie semble également être associée à un risque accru de maladie auto-immune lorsque les patients atteints d'une infection préopératoire, d'un cancer ou d'une maladie auto-immune sont exclus de l’analyse", souligne également le texte.

"Cette étude démontre à quel point le thymus est vital pour la santé des adultes. […] Plus nous creusions, plus nous en trouvions : les résultats nous ont suggéré que l'absence de thymus semble perturber les aspects fondamentaux de la fonction immunitaire", a par ailleurs souligné Kameron Kooshesh, auteur principal de l’étude, cité par TF1 Info.

publié le 18 août à 19h15, Théo Rampazzo, 6Medias

Liens commerciaux