Cancer de l'utérus: arrêt de l'essai de phase III du Libtayo après des "résultats positifs", annonce Sanofi

Cancer de l'utérus: arrêt de l'essai de phase III du Libtayo après des "résultats positifs", annonce Sanofi
Le groupe pharmaceutique Sanofi a fait état de "résultats positifs" pour son traitement Libtayon en cours d'évaluation, contre le cancer de l'utérus, "avec une réduction de 31% du risque de décès"

, publié le lundi 15 mars 2021 à 09h39

Le groupe pharmaceutique Sanofi a fait état lundi de "résultats positifs" pour son traitement Libtayo contre le cancer de l'utérus, "avec une réduction de 31% du risque de décès", le conduisant à arrêter prématurément son essai de phase III.

Développé avec le laboratoire Regeneron, le Libtayo (cémiplimab) - un anticorps monoclonal - a déjà reçu l'approbation aux Etats-Unis pour le traitement de cancers de la peau à un stade avancé et de cancers du poumon.

"Libtayo est le premier médicament d'immunothérapie à démontrer une amélioration de la survie globale chez les patientes atteintes d'un cancer du col de l'utérus, avec une réduction de 31% du risque de décès comparativement à la chimiothérapie", indique Sanofi dans le communiqué.

Le laboratoire annonce ainsi "l'arrêt prématuré de l'essai de phase III", soit la phase la plus avancée des essais sur l'homme, avant la mise sur le marché.

"Libtayo en monothérapie est le premier médicament ayant permis de démontrer, dans le cadre d'un essai de phase III, une amélioration de la survie globale des femmes atteintes d'un cancer du col de l'utérus en rechute ou métastatique ayant progressé sous chimiothérapie à base de platine", a indiqué le docteur Krishnansu S. Tewari, directeur de la division d'oncologie gynécologique de l'université de Californie à Irvine et investigateur de l'essai.

Selon lui, "il s'agit là d'un résultat clinique décisif qui apportera de l'espoir aux femmes atteintes d'un cancer du col de l'utérus au stade avancé, qui sont souvent des patientes plus jeunes atteintes d'autres cancers. Cela se reflète dans l'essai où l'âge moyen était de 51 ans".

Sanofi rappelle que le cancer du col de l'utérus est la quatrième cause de décès par cancer chez la femme dans le monde, et qu'il est le plus souvent diagnostiqué entre l'âge de 35 et de 44 ans. 

"Le cancer du col de l'utérus peut souvent être guéri lorsqu'il est détecté tôt et pris en charge efficacement, mais les options thérapeutiques sont plus limitées lorsqu'il a atteint un stade avancé", souligne le groupe.

Il indique que selon les estimations, "environ 570.000 femmes sont diagnostiquées d'un cancer du col de l'utérus chaque année dans le monde. Aux États-Unis, 14.500 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, et environ 4.000 femmes en meurent".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.