Aux Etats-Unis, les vaccinés de plus en plus exaspérés par les récalcitrants

Aux Etats-Unis, les vaccinés de plus en plus exaspérés par les récalcitrants
Une femme arrive dans un centre de vaccination à Los Angeles le 16 juillet 2021

publié le vendredi 30 juillet 2021 à 16h05

La nouvelle vague de Covid-19, portée par le contagieux variant Delta, provoque la colère des Américains vaccinés, qui accusent les récalcitrants de gâcher l'été insouciant qu'on leur avait promis et qui sera finalement plus masqué que prévu.

"C'est presque comme si ils ne se souciaient pas du reste du monde. Ils ont un comportement égoïste et égocentrique", s'agace auprès de l'AFP Alethea Reed, 58 ans, qui travaille dans la santé à Washington.

"En tant que personne considérée à risque, et ayant un conjoint qui appartient à une catégorie très à risque, c'est vraiment frustrant", déclare Anne Hamon, assistante sociale de 64 ans, qui regrette de n'avoir pas pu convaincre son propre frère de recevoir une injection.

En recommandant cette semaine le retour au port du masque en intérieur pour les vaccinés, les autorités sanitaires n'ont pas allégé l'humeur de beaucoup d'entre eux, qui considèrent que leurs vies sont bouleversées par les choix des autres.

Quelque 60% des adultes américains sont vaccinés, ce qui est très loin des 85 à 90% nécessaires pour contenir le virus selon les épidémiologistes, et ce même si les piqûres sont disponibles depuis des mois.

D'autant que cette moyenne nationale cache de grandes disparités régionales, indissociables des couleurs politiques. Les Etats républicains du Sud sont les moins vaccinés, les fiefs démocrates du Nord-Est étant bien mieux immunisés.

Jusqu'à récemment, le débat sur les récalcitrants insistait sur l'importance d'apaiser leurs inquiétudes, de faciliter l'accessibilité aux vaccins et les convaincre en proposant des loteries ou des cadeaux.

Aujourd'hui, "on passe de la compréhension à l'impatience, et des incitations aux conséquences", affirme à l'AFP David Frum, ancienne plume du président George W. Bush et auteur de l'éditorial "L'Amérique vaccinée en a assez" dans The Atlantic.

De plus en plus de grandes entreprises, comme Facebook ou Google, annoncent qu'elles exigeront de leurs employés qu'ils soient vaccinés, contribuant à alimenter une dynamique en faveur de l'obligation de vaccination.

Jeudi, le président Joe Biden a annoncé que les millions d'employés fédéraux devront soit être vaccinés, soit porter le masque et se soumettre à des tests réguliers, des mesures similaires à celles déjà prises par la Californie et New York.

- Professionnels de la santé épuisés -

Des théories du complot à la méfiance envers le système de santé découlant d'un racisme historique, les raisons de l'hésitation sont nombreuses, mais ne suffisent plus à calmer l'impatience.

"Il arrive un moment où, quand vous êtes témoin d'une action nocive, le fait d'en connaître la raison devient moins important", estime David Frum.

"Derrière chaque accident de la route lié à l'alcool, il y a une terrible histoire d'addiction. Mais quelle qu'elle soit, vous ne devez pas conduire."

Dans un discours télévisé, Joe Biden a reconnu que "beaucoup d'entre vous, dans la majorité (à être vaccinés, NDLR), sont frustrés par les conséquences de la non-vaccination d'une minorité".

Des docteurs traumatisés qui pensaient avoir laissé derrière eux les hospitalisations de patients Covid lancent des appels émouvants.

Dans une publication Facebook devenue virale, la docteure Brytney Cobia, qui exerce dans l'Etat durement touché de l'Alabama, explique que tous ses patients, sauf un, n'étaient pas vaccinés.

"L'une des dernières choses qu'ils font avant d'être intubés est de me supplier de les vacciner. Je tiens leur main et leur dit que je suis désolée, mais que c'est trop tard", dit-elle.

Matthew Heinz, médecin dans l'Arizona, observe que même si le nombre de cas dans son hôpital est bien inférieur au pic de l'année dernière, "les gens ont l'air de croire que c'est terminé, et ce n'est pas le cas".

M. Heinz, également élu démocrate local, et certains de ses collègues bataillent pour obtenir une vaccination obligatoire pour les employés publics du comté de Pima - ce qui promet un conflit juridique avec le gouverneur républicain Doug Ducey qui a, dans un décret, interdit toute mesure de ce type.

Mais quelques signes montrent que même chez les conservateurs, une évolution est à l'oeuvre.

Geraldo Rivera, pilier de la chaîne conservatrice Fox News, a déclaré à l'antenne cette semaine que les non-vaccinés étaient "arrogants" et "égoïstes", ajoutant que s'opposer au passeport vaccinal était "digne des hommes des cavernes".

Quelques jours avant, la gouverneure de l'Alabama Kay Ivey avait critiqué le manque de "bon sens" des récalcitrants.

Pour Richard Carpiano, de l'université de Californie à Riverside, l'agacement perceptible est un signe rassurant que, malgré toute l'attention accordée aux anti-vaccins, la majorité "croit en la science, et sait ce qu'elle a à faire".

"Ce genre d'inquiétude ou d'indignation, selon la façon dont elle est canalisée, peut être efficace notamment pour mobiliser les élus", dit-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.