VIDÉO. Maître Gims : "On m'a refusé la nationalité française"

VIDÉO. Maître Gims : "On m'a refusé la nationalité française"
Maître Gims, le 23 mai 22016 à Rabat, au Maroc.

Orange avec AFP, publié le samedi 17 mars 2018 à 09h03

Au micro d'Europe 1, l'interprète de Sapés comme jamais, arrivé en France à l'âge de deux ans et demi, a expliqué que les autorités lui avait refusé la nationalité française.

Invité dimanche 18 mars de l'émission d'Europe 1 En balade avec, Maître Gims s'est confié à Nikos Aliagas. "Je ne suis toujours pas Français", a notamment expliqué le rappeur aux millions d'albums vendus depuis le début de sa carrière, dans un extrait diffusé vendredi 16 mars. "J'avais fait une première demande, qui m'a été refusée il n'y a pas longtemps, précise-t-il. Je n'ai pas compris pourquoi". "Un jour sur un plateau télé, j'avais dit 'C'est bon je vais avoir mes papiers'. Je crois que ça les a vexé. Je me suis emballé, donc du coup ils m'ont dit 'On te refuse la nationalité'", plaisante-t-il.



Né à Kinshasa, en République démocratique du Congo, en 1986, Gandhi Djuna, de son vrai nom, est arrivé en France en 1988. Issu d'une famille de musiciens, il s'est fait connaître du grand public à travers son groupe Sexion d'Assaut avant d'exploser en solo avec un premier album sorti en 2013. Depuis, Maître Gims s'est imposé dans le paysage musical français. Pour preuve, son double de cire a fait son entrée au musée Grévin en octobre dernier. C'est pour ça qu'il ne comprend pas ce refus des autorités françaises. "C'est important à mes yeux. Je me sens Français, je m'exprime en français, je suis ambassadeur de langue française dans le monde, mais on m'a refusé la nationalité".

"J'ai fait la demande, le dossier il est béton (...) J'ai passé les tests et c'est normal car c'est la loi. C'est important de le faire, car on reproche aux artistes d'être au-dessus des lois". "Qu'est-ce que je fais ?", s'interroge-t-il aujourd'hui. Et Nikos Aliagas de conclure : "Comme quoi, la notoriété n'est pas un passe-droit".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU