Van Morrison sort trois chansons anticonfinement

Van Morrison sort trois chansons anticonfinement
Le musicien Van Morrison, le 14 septembre 2017 à Nashville, Tennessee

, publié le samedi 19 septembre 2020 à 17h43

Le musicien nord-irlandais Van Morrison s'apprête à sortir trois chansons dans lesquelles il dénonce comme liberticide le confinement mis en place au plus fort de la première vague de la pandémie de nouveau coronavirus, a-t-il annoncé vendredi sur son site officiel.

A 75 ans, le créateur de "Gloria" et "Brown-eyed girl" accuse les scientifiques d'"inventer des faits tordus" pour justifier la réduction en "esclavage" de la population, selon des extraits cités par les médias britanniques.

Il estime dans l'un des titres que la "nouvelle normalité n'est pas normale", "nous sommes nés pour être libres".

Dans "No more lockdown" (plus de confinement), il chante "plus de dépassement des limites par le gouvernement", "plus de tyrans fascistes qui viennent troubler notre paix".

Les trois titres doivent sortir à deux semaines d'intervalle, le premier le 25 septembre.

"Je ne suis pas en train de dire aux gens ce qu'ils doivent faire ou penser, le gouvernement s'en est déjà chargé avec brio", a-t-il déclaré dans un communiqué publié sur son site officiel. "C'est une question de liberté de choix, je crois que les gens devraient avoir le droit de penser pour eux-mêmes."

Fin août, il avait déjà créé la controverse en dénonçant la "pseudoscience" qui soutient-il entoure le nouveau coronavirus, dans un appel en faveur de la musique live, depuis retiré de son site internet.

Il a réitéré son appel pour que les salles de concerts puissent rouvrir à pleine capacité.

Vendredi matin, le ministre britannique de la Santé Matt Hancock a déclaré qu'un nouveau confinement national serait "la dernière ligne de défense", le gouvernement privilégiant des confinements locaux. Le Royaume-Uni, le plus durement touché en Europe avec plus de 41.000 morts, connaît une poussée des contaminations qui s'est accélérée ces derniers jours.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.