Valérie Trierweiler meurtrie par les critiques

Valérie Trierweiler meurtrie par les critiques
A lire aussi

6Medias, publié le lundi 26 juin 2017 à 20h37

Dans une interview accordée à France Bleu et repérée par Voici, Valérie Trierweiler est revenue sur son passage à l'Élysée alors qu'elle partageait la vie de l'ex-chef de l'État, François Hollande.



Un statut qu'elle a eu beaucoup de mal à apprivoiser.

"Il y a un moment, j'étais très sur la réserve parce que j'avais peur de tout. J'avais peur de ce qui allait se passer donc j'étais telle­ment sur la réserve, que sans doute, ça se sentait", explique-t-elle à France Bleu. Mais Valérie Trierweiler déplore l'image de femme froide qu'elle a pu renvoyer. "Les gens pensent que je suis extrê­me­ment froide et pas sympa­thique, et en fait, moi j'aime me marrer et j'ai le contact très facile avec les gens", assure-t-elle pourtant. La journaliste de 52 ans est également revenue sur la sortie de son livre "Merci pour ce moment" en 2014, et sur le flot de critiques dont elle a été la cible. "Ça blesse, évidem­ment. Ça blesse aussi pour ses proches. Et en même temps, je sais qui je suis et je sais que les gens ne me connaissent pas. Avec le portrait qu'on a fait de moi, forcé­ment, ça ne pouvait arri­ver qu'à ce résul­tat-là. On n'est pas blindé. Personne n'est blindé. Il y a forcé­ment des choses qui blessent". Désormais, Valérie Trierweiler assure prendre les critiques avec beaucoup plus de détachement.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
42 commentaires - Valérie Trierweiler meurtrie par les critiques
  • FRANCOIS HOLLANDE à bien fait de la remplacer par JULIE plus jeune ,plus belle, plus intelligente

  • Quelle honte que cette femme, un satan en dentelles
    sa dernière saloperie en date (je suppose adressée à julie gaillet)
    c'est faire passer dans les médias sa rencontre avec hollande en fin de son quinquennat
    et la presse se fait complice des ignominies d'e cette quinquagénaire quelque peu névrosée

  • On n'en aura donc jamais fini avec cette bonne femme ?

  • Le resultat de sa betise ....
    Elle n avait pas reussit a faire la une comme journaliste, elle a voulu faire la une des mechantes ...elle recolte se qu elle a semé ...hahaha

  • que ne ferait/dirait elle pas pour que l'on parle d'elle !!!!! qu'elle s'occupe de son lardon , le petit prétentieux (cela doit etre de famille)