Une présidente élue à la Barbade, devenue république

Une présidente élue à la Barbade, devenue république
Sandra Mason, recevant sa médaille de compagnon dans l'ordre de Saint-Michel et Saint-Georges à Buckingham Palace le 23 mars, 2018

publié le jeudi 21 octobre 2021 à 16h41

La Barbade, micro-Etat des Caraïbes, a tenu la première élection présidentielle de son histoire, 13 mois après avoir annoncé s'affranchir de la sujétion à la Couronne britannique pour devenir une république.

Sandra Mason, 72 ans, a été élue mercredi au suffrage universel indirect et prêtera serment le 30 novembre. Elle était jusque-là Gouverneure-générale de l'île, c'est-à-dire la représentante officielle de la reine d'Angleterre.

"La Chambre et le Sénat se sont réunis pour élire le premier président de la Barbade, un nouveau jalon historique sur la voie de la république", a tweeté le gouvernement du pays.

Elizabeth II a perdu sa souveraineté sur la Barbade, l'un des derniers royaumes du Commonwealth, qui sont d'anciennes colonies britanniques devenues indépendantes. 

Le divorce constitutionnel avait été annoncé en septembre 2020 par Mme Mason, dans un discours dans la capitale, Bridgetown.

"Ayant obtenu son indépendance il y a plus d'un demi-siècle, notre pays peut nourrir aucun doute sur ses capacités à s'autogérer", avait justifié Mme Mason. 

La Barbade, perle touristique des petites Antilles, est particulièrement prisée par la haute société anglo-saxonne. Couvrant seulement 430 km2, elle comptait 287.000 habitants en 2019 selon la Banque mondiale.

Avant la pandémie de Covid-19, le pays aux plages paradisiaques et aux eaux cristallines était visité chaque année par plus d'un million de touristes.

Ile la plus orientale des Caraïbes, à 300 km du Venezuela, la Barbade est aussi la terre natale de la superstar mondiale Rihanna. 

La chanteuse, probablement une des seules personnes sur Terre à être plus connue que son pays, a d'ailleurs été officiellement nommée ambassadrice de l'Etat insulaire, chargée d'en favoriser le tourisme, l'éducation et les investissements.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.