"Tu restes debout envers et contre tout" : le message de soutien de Carla Bruni-Sarkozy à son mari

"Tu restes debout envers et contre tout" : le message de soutien de Carla Bruni-Sarkozy à son mari
Carla Bruni-Sarkozy et Nicolas Sarkozy le 21 octobre 2016 à Toulon.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 23 mars 2018 à 08h05

L'épouse de l'ancien président a publié un message sur Instagram pour défendre son mari, mis en examen dans l'enquête sur les soupçons de financement libyen de sa campagne de 2007.

Au lendemain de sa mise en examen dans l'enquête sur les soupçons de financement libyen de sa campagne de 2007, Nicolas Sarkozy s'est défendu avec vigueur jeudi soir 22 mars sur le plateau du JT de TF1, promettant de "faire triompher (son) honneur", victime de "l'ignominie" de la "bande de Kadhafi" et de Mediapart.

L'ancien chef de l'État, mis en examen pour "corruption passive", "financement illégal de campagne électorale" et "recel de détournement de fonds publics libyens" dans cette enquête ouverte en 2013, a par ailleurs assuré qu'"aucun élément nouveau n'a été produit" contre lui lors de sa garde à vue.

Face à "la haine, la boue, la médiocrité et la calomnie", Nicolas Sarkozy bénéficie du soutien sans faille de son épouse.

Jeudi soir 22 mars, Carla Bruni-Sarkozy a publié un message sur son compte Instagram, en français, en italien et en anglais comme à son habitude, dans lequel elle se dit "fière" de lui. "Je suis fière de toi mon amour, comme tu es clair, comme tu es droit, comme tu es fort et comment tu restes debout envers et contre tout et dans toute cette boue."



Outre sa femme, l'ancien président peut également compter sur le soutien d'Alain Juppé. "Je me suis fixé pour règle de ne pas commenter les procédures judiciaires, nous sommes dans un État de droit. Ce qui veut dire concrètement deux choses : d'abord la présomption d'innocence. Tant qu'on n'est pas condamné, on est considéré comme innocent et je fais confiance à Nicolas Sarkozy pour apporter les preuves de son innocence", a déclaré jeudi après-midi le maire de Bordeaux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.