Trump et Biden, deux familles aux antipodes

Chargement en cours
Donald Trump et Melania à gauche, Joe Biden et Jill Biden à Nashville le 22 octobre 2020
Donald Trump et Melania à gauche, Joe Biden et Jill Biden à Nashville le 22 octobre 2020
1/5
© AFP, Brendan Smialowski

, publié le dimanche 08 novembre 2020 à 09h10

Deux hommes, deux familles, deux styles très différents. Le grand écart entre les septuagénaires candidats à la Maison Blanche, Donald Trump et Joe Biden, est aussi flagrant dans l'histoire de leurs clans.

- Chez Trump -

Donald Trump, 74 ans, a été marié trois fois et a cinq enfants: trois avec Ivana Trump, née Zelnickova en ex-Tchécoslovaquie (Donald Junior, Ivanka, Eric), une fille avec Marla Maples (Tiffany) et un garçon avec l'ex-mannequin d'origine slovène Melania Trump (Barron). Tous ont été élevés dans le luxe à New York, sauf Tiffany, qui a grandi en Californie.

La vie agitée du républicain a été marquée par des accusations d'agressions sexuelles, de harcèlement ou de liaisons extraconjugales qu'il dément en bloc.

Ses trois aînés sont très impliqués dans ses activités, qu'elles soient politiques ou dans le monde des affaires.

Eric et Donald Jr sont vice-présidents de la Trump Organization. Le second, 42 ans, fait campagne avec fougue pour son père, n'hésitant pas à affubler Joe Biden et son fils Hunter des pires adjectifs et à reprendre le vocabulaire coloré du président républicain pour s'en prendre aux médias et à la gauche.

Si elles semblent étroites aujourd'hui, les relations entre les deux Donald n'ont pas toujours été sereines. Quand son premier enfant est né, raconte Ivana Trump dans un livre, le New-Yorkais a répondu à cette dernière qui voulait l'appeler Donald: "Et si c'est un loser?".

Après le divorce explosif de ses parents et leur guerre par tabloïds interposés, Junior a refusé de parler à son père pendant un an. Adulte, il a parfois essuyé des commentaires peu amènes de son géniteur, avant de devenir une voix qui compte dans la sphère Trump. 

Ivanka, 39 ans, ancienne habituée des soirées mondaines de New York, est devenue après l'élection de 2016 l'une de ses plus proches conseillères, alimentant les accusations de népotisme à l'égard du président.

Le mari d'Ivanka, Jared Kushner, est lui aussi conseiller à la Maison Blanche. Il a été chargé de dossiers sensibles comme le processus de paix au Proche-Orient.

Quant à Tiffany, 27 ans, diplômée en droit, elle est plus discrète que ses frères et soeur plus âgés, mais elle s'est notamment exprimée lors de la convention républicaine. 

Le benjamin du clan, Barron, vit à la Maison Blanche avec ses parents. A 14 ans, il a déjà dépassé son père (autour d'1,90 m) en taille.

- Les Biden -

Joe Biden a une image de père dévoué dont l'existence a été ponctuée de tragédies. En 1972, alors qu'il vient d'être élu sénateur, il perd sa femme et sa fille dans un accident de voiture; en 2015, son fils Beau, 46 ans seulement, meurt d'un cancer du cerveau.

Les trois enfants Biden étaient dans la voiture que conduisait son épouse Neilia ce soir-là pour aller chercher un arbre de Noël. La petite Naomi, un an, et sa mère, ne survivront pas. Beau et Hunter sont grièvement blessés.

Joe Biden élève ses fils avec l'aide de sa soeur Valerie, qui reste l'un de ses piliers aujourd'hui et mena plusieurs de ses campagnes électorales. Longtemps, il fait des allers-retours quotidiens en train entre Washington, la capitale fédérale, et le Delaware, où est basée sa famille.

De l'aveu des enfants Biden, ces années-là soudent encore plus une famille déjà très unie.

En 1977, Joe Biden épouse Jill Jacobs, qui considère Beau et Hunter comme ses enfants. L'enseignante est l'un de ses meilleurs atouts en campagne et elle a assuré que si son mari devenait président, elle continuerait à faire cours, comme du temps où elle était "Second Lady". Ensemble, ils ont une fille, Ashley, 39 ans, militante des droits sociaux. 

Avant d'être emporté par la maladie, Beau, à qui on prédisait un destin national, avait intégré l'armée puis était devenu procureur général du Delaware. Joe Biden, qui caressait l'idée de se lancer dans la course présidentielle, avait renoncé après la mort de son fils, expliquant que sa famille n'était "pas prête" à affronter la violence d'une campagne.

Peut-être avait-il en tête son autre fils Hunter, qui a longtemps lutté avec des addictions à l'alcool et à la drogue.

Avocat et lobbyiste, Hunter s'est lancé dans la finance dans les années 2000 avec un succès mitigé et s'est aventuré en Chine et en Ukraine. Dans ce pays gangrené par la corruption, il a siégé au conseil d'administration du groupe gazier Burisma.

Cela lui vaut aujourd'hui les attaques acérées de Donald Trump, qui accuse les Biden père et fils de corruption en lien avec ces activités.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.