Tour de France : le coup de gueule d'une hôtesse

Tour de France : le coup de gueule d'une hôtesse©Capture vidéo
A lire aussi

6Medias, publié le samedi 21 juillet 2018 à 13h46

Après la suppression des Grid Girls en Formule 1, les hôtesses du Tour de France sont elles aussi plus que jamais sur la sellette, à leur plus grand désarroi.

En mai dernier, le Conseil de Paris a voté pour l'interdiction des hôtesses qualifiées de "potiches" à l'arrivée du Tour de France 2018 sur les Champs-Elysées. Si pour l'heure rien n'est encore acté, la grande majorité des jeunes femmes regrettent cette polémique.

C'est notamment le cas d'Océane Pagenot, Miss Champagne-Ardenne 2015 et hôtesse protocolaire Antargaz. "On en a toutes un peu le ras-le-bol. On ne se sent pas potiches dans notre vie. On a toutes chacune un métier. Moi à côté de ça, je suis banquière, je travaille aussi dans le journalisme. Certaines sont même dans l'éducation nationale", confie la jeune femme au micro de LCI. Avant de relativiser : "Si demain, je ne fais plus le podium, je pense que je serais toujours embauchée parce qu'on aura toujours besoin d'hôtesses pour accueillir les invités".



Mais la jeune femme espère tout de même pouvoir être sur le podium dimanche 29 juillet lors de l'arrivée de la Grande Boucle sur les Champs-Elysées, pour remettre le Prix de la Combativité. "C'est l'un des plus beaux podiums pour nous, j'aimerai bien forcément le faire parce que c'est la concrétisation de cet événement, des trois semaines passées sur le Tour".

Les hôtesses font partie des figures incontournables du Tour de France. Présentes au sein de la caravane publicitaire ou lors des cérémonies protocolaires pour remettre les maillots et les bouquets de fleurs aux coureurs, ces jeunes femmes, payées en moyenne un peu plus du Smic, sont également logées et nourries pendant toute la durée de l'événement.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU