Ségolène Royal : son dernier déjeuner avec Pierre Bergé

Ségolène Royal : son dernier déjeuner avec Pierre Bergé©Wochit
A lire aussi

6Medias, publié le vendredi 15 septembre 2017 à 12h42

Elle aurait aimé en faire son ministre de la Culture si elle avait été élue en 2007. Malgré son échec à la présidentielle, Pierre Bergé était toujours resté très proche de Ségolène Royal.

Jusqu'à la fin. L'ancienne ministre raconte leur dernier déjeuner dans les colonnes du Parisien Magazine, ce vendredi 15 septembre. "Le dernier de nos déjeuners s'est déroulé peu de temps avant la fin du quinquennat précédent, au ministère de l'Environnement. Il souffrait et, malheureusement, nous avions été obligés de passer par un monte-charge", raconte-t-elle au Parisien Magazine.



Une situation qui la désolait, mais c'était sans compter sur le second degré du dernier compagnon d'Yves-Saint Laurent disparu le 8 septembre dernier, à l'âge de 86 ans. "Pas du tout, Ségolène, ne t'en fais pas, c'est très pratique", aurait alors déclaré Pierre Bergé, qui même diminué, continuait à garder un oeil sur l'actualité. "Une force se dégageait de lui comme un contraste provocateur et créatif défiant la vie qui s'en allait. Il m'avait fait visiter un jour en détail les équipements pour personnes à mobilité réduite de sa maison de Marrakech. C'était touchant mais surtout très ingénieux, comme un défi, un refus farouche de se laisser aller", raconte Ségolène Royal dans Le Parisien Magazine.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
17 commentaires - Ségolène Royal : son dernier déjeuner avec Pierre Bergé
  • c'est elle l'empoisonneuse du lascar

  • entre bling bling notre nouvelle représentante aux pôles racontait des histoires bling bling

  • Remerciement posthume à un de ses bailleurs de fonds !

  • il a du financer sa campagne...!

    effectivement il aurait été promus ministre de la "culture" amicalement

  • quelle boulet cette femme.
    tous les prétextes sont bons pour se mettre en avant , quitte à faire parler les morts.
    affligeant..