Paris : Jean-Marie Bigard insulté par les "gilets jaunes"

Paris : Jean-Marie Bigard insulté par les "gilets jaunes"
L'humoriste Jean-Marie Bigard dans le cortège des "gilets jaunes" à Paris le 12 septembre 2020.

, publié le samedi 12 septembre 2020 à 11h11

Conspué par une partie des "gilets jaunes", l'humoriste a assuré qu'il n'avait jamais "lâché le mouvement", malgré ses propos sur Jérôme Rodrigues, dont il avait dénoncé "les propos insoutenables" sur les policiers comparés à des nazis.  

Les "gilets jaunes" pardonneront-ils à Jean-Marie Bigard sa prise de position ? Après avoir assuré qu'il n'irait pas manifester à Paris aux cotés de Jérôme Rodrigues, qui a assimilé les policiers à une "bande de nazis", l'humoriste s'est finalement rendu samedi matin 12 mars place de la Bourse, dans le centre de la capitale, mais n'a pas été très bien accueilli, ainsi qu'en attestent les images filmées par les médias.



"Le fait de me désolidariser de propos insoutenables comme "flics nazis", certains ont pensé que je lâchais le mouvement. Alors que pas du tout, c'est la raison pour laquelle je suis ici", a-t-il expliqué. Il avait annoncé dans la semaine qu'il se rendrait à Brest, avant d'indiquer vendredi qu'il avait finalement trouvé un accord avec les représentants des "gilets jaunes" et qu'il défilerait dans un autre cortège que celui de Jérôme Rodrigues. 




Selon un journaliste de Quotidien sur place, l'humoriste-candidat à l'élection présidentielle a été hué par une grande partie des manifestants aux cris de "collabo", l'incitant à se réfugier dans un café.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.