"On s'est étonné que sa tête passe encore la porte" : Ouest-France dénonce l'attitude de Yann Moix

"On s'est étonné que sa tête passe encore la porte" : Ouest-France dénonce l'attitude de Yann Moix
Yann Moix, le 21 novembre 2013 au Touquet.

, publié le jeudi 14 mars 2019 à 07h00

La supposée absence de bouteille d'eau lors d'une rencontre publique à Rennes, organisée à l'occasion de la sortie de son nouveau roman, a fait sortir Yann Moix de ses gonds, raconte mercredi 13 mars le quotidien régional.

À l'occasion de la sortie de son nouveau roman, "Rompre", paru aux éditions Grasset, Yann Moix était mardi 12 mars à Rennes pour une conférence organisée avec Ouest-France. Un rendez-vous qui ne s'est pas très bien déroulé, a raconté le quotidien régional dans un billet d'humeur mercredi. 




L'écrivain se serait notamment agacé de l'absence de bouteilles d'eau. "Je demande un verre d'eau, on m'envoie à l'étage dans les toilettes boire au robinet. Comme un clébard!", se serait-il exclamé dans la rue. "Vous nous voyez accueillir Yann Moix, écrivain, chroniqueur et réalisateur, à l'espace Ouest-France et ne pas lui prêter de considération ?", écrit le quotidien, qui précise qu'"à l'étage il y avait des bouteilles d'eau et la bibliothèque où on reçoit les personnalités." Mais "Yann Moix n'a pas attendu de le savoir. Il a disparu", assure l'auteur de ce billet.



Alors que les 130 personnes qui s'étaient déplacées pour le rencontrer attendaient, le représentant de son éditeur enchaîne les coups de fil et assure que le chroniqueur des Terriens du samedi (C8) "a fait un malaise, il est surmené, il va revenir"

Yann Moix revient finalement après quelques minutes et prévient : "Je reviens, je fais la conférence et je me casse". Après avoir "chassé" la personne qui devait l'interview et assurant avoir été "maltraité" pour expliquer son retard, l'écrivain a finalement répondu aux Rennais. "Puis il s'est cassé comme il dit", écrit Ouest-France, qui "s'est étonné que sa tête passe encore la porte". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.