Mimie Mathy : "Si on me met la main aux fesses, je mets la main aux couilles"

Mimie Mathy : "Si on me met la main aux fesses, je mets la main aux couilles"
La comédienne Mimie Mathy, en août 2016 à Angoulême (Charente).

Orange avec AFP, publié le vendredi 12 janvier 2018 à 11h00

VIDÉO - Mimie Mathy a expliqué jeudi sur Europe 1 avoir déjà été "harcelée", mais la comédienne appelle les femmes à "répondre". "Moi, si on me met la main aux fesses, je mets la main aux couilles", a-t-elle lancé.



"Ça me touche parce qu'on a attendu je ne sais combien d'années pour répandre ça (la libération de la parole des femmes, ndlr)", explique la comédienne au journaliste Philippe Vandel. "Et je pense qu'on fait un amalgame en ce moment", ajoute-t-elle en référence à la tribune publiée mardi dans le journal Le Monde par un collectif de 100 femmes - dont Catherine Deneuve, Élisabeth Lévy ou Catherine Millet - qui regrette la dénonciation des violences sexuelles.



"Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n'est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste", soutient la tribune, s'inquiétant d'un retour du "puritanisme". "Il y a des milieux où c'est très dur", répond Mimie Mathy. "La secrétaire qui est harcelée par son patron qui la menace de licenciement, c'est beaucoup plus dur que la jeune comédienne qui va voir Harvey Weinstein et qui veut à tout prix le premier rôle du film".

"Moi, ça ne m'est arrivé, pas assez à mon goût, j'aurais bien aimé qu'on me mette plus la main aux fesses", plaisante-t-elle ensuite avant de s'inquiéter sourire aux lèvres de la réaction des "féministes". "Moi, si on me met la main aux fesses, je mets la main aux couilles. Je crois qu'il faut répondre et savoir ce qu'on veut dans la vie. J'ai eu des propositions qui ne me plaisaient pas, j'ai dit 'non merci' et puis voilà".

Selon l'Institut national d'études démographiques (Ined), en France près de 3 millions de femmes de 20 à 69 ans subissent chaque année dans l'espace public une situation de drague importune, et plus d'un million des situations de harcèlement et atteintes sexuels.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU