Meghan Markle : "J'ai su que je perdais mon deuxième bébé"

Meghan Markle : "J'ai su que je perdais mon deuxième bébé"
Harry, Meghan et leur fils Archie, le 25 septembre 2019 au Cap, en Afrique du Sud.

, publié le mercredi 25 novembre 2020 à 11h00

Dans une tribune au quotidien américain The New York Times, la duchesse de Sussex révèle avoir perdu, en juillet dernier, l'enfant dont elle était enceinte. 

L'épouse du prince Harry se confie, dans ce texte publié par le New York Times mercredi 25 novembre, sur la perte de son deuxième enfant il y a quelques mois. "C'était un matin de juillet ordinaire, qui avait commencé comme les autres jours (...) Après avoir changé la couche de mon fils (Archie, qui a un an, ndlr), j'ai ressenti une vive crampe.

Je suis tombée au sol avec lui dans les bras", raconte-t-elle. "Je savais, alors que j'étreignais mon fils aîné, que j'étais en train de perdre mon deuxième enfant". 




"Quelques heures plus tard, j'étais étendue sur un lit d'hôpital, tenant la main de mon mari (...) J'ai embrassé les jointures de ses doigts, mouillées de nos larmes à tous les deux", se souvient l'ancienne actrice américaine, âgée de 39 ans. 

Depuis leur rencontre, le couple qu'elle forme avec le prince Harry dénote dans l'univers de la famille royale britannique. Point d'orgue de leur singularité, ils ont renoncé à leurs titres royaux début 2020 et vivent désormais aux Etats-Unis. 



Dans cette tribune, Meghan Markle revient sur une interview à un journaliste britannique, en marge de sa tournée avec Harry et Archie en Afrique du Sud, en octobre 2019. Les larmes aux yeux, elle lui avait confié se sentir "vulnérable" après la naissance de son fils et en raison de la pression à laquelle sa famille était exposée. "Merci de me poser la question. Peu de gens m'ont demandé si j'allais bien", avait-elle poursuivi. "Et la réponse serait : 'pas vraiment' ? C'est vraiment difficile ?", l'avait relancée le journaliste Tom Bradby. "Oui", avait répondu la jeune femme. 

"Je lui ai répondu honnêtement, sans savoir que ce que je disais résonnerait chez tant de monde, les jeunes mamans et les plus âgées, et tous ceux qui, à leur façon, ont souffert en silence", écrit-elle. 

Meghan Markle évoque aussi longuement la pandémie de Covid-19, mais aussi les tourments de son pays : les morts de Breonna Taylor et George Floyd, deux Afro-Américains tués par des policiers blancs. Elle dénonce aussi le complotisme : "Par dessus tout cela, nous semblons ne plus être d'accord sur ce qui est vrai (...) Nous ne savons pas si la science est vraie. Nous ne savons pas si une élection a été gagnée ou perdue". Une allusion à Donald Trump, qui a refusé de reconnaître sa défaite face à Joe Biden, et s'est opposé à certaines vérités scientifiques concernant la pandémie. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.