Marseille : des tags "Juif" dans le centre-ville, une enquête ouverte

Marseille : des tags "Juif" dans le centre-ville, une enquête ouverte
Un employé de la ville de Paris met de la peinture sur des tags, le 1er avril 2010, dans le 20e arrondissement.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 23 novembre 2017 à 19h31

FAIT DIVERS. La police recherchait toujours mercredi le ou les auteurs d'une série de tags du mot "Juif" peints dans le centre-ville de Marseille, qui a entraîné le dépôt d'une plainte par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

Une série de tags a été découverte dans le 6e arrondissement de Marseille le week-end dernier.

Seul le mot "Juif" a été inscrit sur des murs et des devantures des magasins. Des commerces qui n'auraient pas été choisis au hasard selon des représentants de la communauté juive de Marseille, persuadée du caractère antisémite des inscriptions, rapporte La Provence. "Les magasins et devantures choisies appartiennent à des personnes de la communauté", alerte David Assedou, responsable d'une synagogue dans ce secteur de la ville. Il affirme également que le ou les auteurs ont mené des repérages.



Député de la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, Jean-Luc Mélenchon (la France Insoumise), s'est alarmé sur Twitter d"ignobles inscriptions antisémites".



De son côté, le Crif Marseille-Provence a dénoncé des "inscriptions antisémites", et déposé plainte. "Le fait d'écrire le mot 'Juif' sur un commerce (rappelle) les heures les plus sombres de l'Histoire. Nous ne pouvons tolérer de tels agissements, ni sur la forme, ni sur le fond", a-t-il affirmé dans un communiqué. Bruno Benjamin, président du Crif Marseille-Provence, a par ailleurs indiqué au Parisien que d'autres dessins ont été découverts mercredi 22 novembre à quelques centaines de mètres de la première série de tags.



"AUCUN CARACTÈRE BLASPHÉMATOIRE"

Une enquête sur cette série de tags a débuté mi-novembre, a précisé jeudi 23 novembre une source proche du dossier à l'AFP. Ils ont été réalisés à des dates variées, certains "il y a plusieurs semaines", a-t-elle ajouté.

Selon les premiers éléments de l'enquête, "on ne retrouve apparemment aucun caractère blasphématoire ou injurieux", a expliqué de son côté une source policière, précisant que "ces 'graffs' ont été faits de façon tout à fait aléatoire", l'un d'eux ayant par exemple été réalisé sur la devanture d'un restaurant chinois.

"Il s'agit manifestement de l'action d'un ou plusieurs graffeurs aguerris", a-t-elle ajouté. "Nous sommes très vigilants et mettons tous les moyens en œuvre pour trouver les auteurs de ces dégradations", a-t-elle poursuivi.

LES FANS DE DIEUDONNÉ RESPONSABLES ?

Pour le conseiller PS du 3e secteur de Marseille, les responsables sont tout trouvés. Pour Laurent Hardit, il s'agit des "fans en délire" de Dieudonné, qui a donné un spectacle dans la cité phocéenne dimanche soir 19 novembre.



"Ce week-end à Marseille, nous avons eu Dieudonné devant 8.000 fans en délire, et l'inscription du mot 'Juif' sur les rideaux de plusieurs commerces", a-t-il dénoncé sur Twitter mardi 21 novembre, choqué par les "élus marseillais qui, depuis des années, font comme s'il ne se passait rien", a-t-il confié à l'Express. Les inscriptions ont été effacées depuis, même si "certaines victimes auraient souhaité qu'on les laisse", indique Laurent Lhardit.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.