Le financier américain Jeffrey Epstein a tenté d'acheter des témoins

Le financier américain Jeffrey Epstein a tenté d'acheter des témoins
Le financier Jeffrey Epstein, inculpé d'exploitation sexuelle le 8 juillet 2019 à New York

AFP, publié le samedi 13 juillet 2019 à 07h06

Le financier américain Jeffrey Epstein, au centre d'un scandale politico-judiciaire qui a poussé vendredi au départ un ministre de Donald Trump, a tenté d'acheter deux témoins potentiels dans le dossier dans lequel il est accusé d'abus sexuels sur des mineures, a rapporté le New York Times.

M. Epstein a versé en novembre et décembre 2018 un total de 350.000 dollars à ces deux personnes susceptibles de livrer un témoignage compromettant à son encontre en cas de procès, a précisé vendredi le quotidien.

Ces versements sont intervenus juste après la révélation, par le journal Miami Herald, que le multimillionnaire avait négocié un accord secret avec les autorités de Floride afin d'échapper à des poursuites fédérales.

La clémence dont semble avoir bénéficié M. Epstein a coûté vendredi son poste au ministre américain du Travail, Alexander Acosta, qui se voyait reprocher depuis plusieurs jours d'avoir en 2008, alors qu'il était procureur fédéral en Floride, négocié un accord en justice jugé trop favorable au riche investisseur en fonds spéculatifs.

M. Acosta a annoncé vendredi sa démission depuis la Maison Blanche, en présence de Donald Trump.

Le vent a récemment tourné pour Jeffrey Epstein, un homme influent qui a été inculpé lundi à New York d'exploitation sexuelle de dizaines de mineures. Il encourt jusqu'à 45 ans de prison.

M. Epstein a entretenu de nombreuses amitiés, notamment avec Donald Trump, l'ex-président démocrate Bill Clinton ou encore le prince Andrew, fils de la reine Elizabeth II.

L'accord négocié par les procureurs sous l'égide de M. Acosta, et qui n'avait pas été communiqué aux victimes, avait à l'époque évité un procès à Jeffrey Epstein et prévu des conditions particulièrement favorables d'aménagement de sa peine de 13 mois de détention.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.