Le fiancé de Miss France 2013, Marine Lorphelin, poignardé à Lyon

Le fiancé de Miss France 2013, Marine Lorphelin, poignardé à Lyon©Panoramic

6Medias, publié le jeudi 04 janvier 2018 à 22h35

La soirée du 1er janvier a tourné au cauchemar pour Miss France 2013.

Selon les informations du Progrès, Marine Lorphelin et son fiancé auraient été agressés à la sortie d'une station de métro, près du cours Albert-Thomas, dans le 3e arrondissement de Lyon. Un individu aurait violemment poignardé le compagnon de la jeune femme, le blessant sérieusement, avant de prendre la fuite.



Toujours selon Le Progrès, un homme, suspecté d'être l'agresseur, aurait été interpellé ce jeudi après-midi près de Grenoble, par les policiers de la Sûreté de Lyon. Il s'agirait d'un admirateur de la Miss, en proie à des troubles psychiques. Une enquête a été ouverte pour tentative d'homicide.

Elue Miss France le 8 décembre 2012 à Limoges, Marine Lorphelin poursuit aujourd'hui ses études de médecine à Lyon.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
110 commentaires - Le fiancé de Miss France 2013, Marine Lorphelin, poignardé à Lyon
  • avatar
    Tobolin  (privé) -

    Comme elle est belle Marine. Rien à voir avec miss France 2018.

  • Il semble que ce soit un malade mental. Que la responsabilité de celui (médecin) qui a laissé ce fou en liberté soit engagée.

  • Ce n'est plus de l'info c'est pas Reuters ou L'afp, c'est aussi de l'intox.

  • LYON c'est babel oued aujopurd'hui!

    avatar
    lilou87  (privé) -

    Vous y habitez ? J'en doute fort ! D'autre part, que savez-vous sur ce déséquilibré ?

  • je trouve qu'il y a trop de déséquilibrés qui agressent les citoyens.
    le suivi de ses malades potentiels est trop laxiste.
    toute absence à une consultation,tout abandon de prise de médicament devraient être sanctionné,
    AU NOM DU PRINCIPE DE PRÉCAUTION CHER A NOS DÉCISIONNAIRES.

    "Y a qu'à faut qu'on" et évidement vous allez financer tout ce personnel supplémentaire pour suivre les malades de toute la France avec vos propres deniers vu qu'il y a déjà pas assez de moyen pour les hôpitaux.

    Vous pensez bien que si l'État avait les moyens de surveiller 24h sur 24h 7 jours sur 7 toutes les personnes potentiellement dangereuses il le ferait.

    Mais ça c'est comme fermer les frontières, il faudrait arrêter de croire à des possibilités utopiques et revenir un peu à la réalité.